Économie

Pétrole : le chinois CNPC perd cinq permis au Tchad

Mis à jour le 10 août 2014 à 11:43

Le Tchad a retiré au groupe pétrolier chinois China National Petrol Corporation (CNPC) cinq permis d’exploration attribués en 2009. En cause : un litige qui l’oppose à la compagnie chinoise qui refuse de payer une amende d’1,2 milliard de dollars pour dégradation de l’environnement.

Rien ne va plus entre CNPC et l’État tchadien. La compagnie pétrolière chinoise avait écopé d’une amende de 1,2 milliard de dollars (897 millionsd’euros) en mars 2014 pour « non-respect de l’environnement », et tentait de négocier les modalités de paiement decette somme.

Lire aussi:

Bras de fer à N’Djamena : le Tchad suspend son action en justice

Le Tchad contraint le chinois CNPC à payer une lourde amende

Le Tchad suspend à nouveau les activités du pétrolier chinois CNPCIC

Décret présidentiel

Mais voilà qu’elle s’est vu notifier, par un décret daté du 5 août, l’annulation de concession sur cinq blocs qui lui avaient été attribués en 2009 dans le bassin de Bongor, situé dans l’ouest du pays (ceux de Bongor, Dosseo et Salamat, Lac-Tchad, Doba-Ouest et Madiago).

Impact sur le personnel de CNPC

CNPC n’a pas tardé à réagir et revoit ses plans à la baisse. Certains cadres expatriés ont été priés de prolonger leurs vacances. Si la situation perdure, le personnel local finira par être touché.

Dans le même temps, le président Idriss Déby a rencontré à Washington des représentants du groupe pétrolier américain Camac(présent au Nigeria) en marge du sommet États-Unis – Afrique. Une manière de mettre la pression sur les Chinois en leur montrant qu’il y a une alternative à leur présence au Tchad…