Société

[Chronique] RDC : l’incrédulité, autre vecteur d’Ebola

Par

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

© Glez

À l’heure où la fièvre hémorragique Ebola sévit en République démocratique du Congo (RDC), une enquête révèle qu'une proportion élevée de Congolais doute de l’existence de la maladie.

1000 et 25 : ces deux nombres concernent l’épidémie d’Ebola en cours en RDC. Ils sont tous les deux alarmants. 1000, c’est le nombre de cas déclarés entre juillet 2018 et le 24 mars 2019, dans les provinces congolaises du Kivu et de l’Ituri, infections qui ont conduit au décès de 629 patients. 25 %, c’est la proportion des habitants des villes les plus touchées par l’épidémie – Beni et Butembo – qui « ne croient pas à l’existence » de cette maladie virale. C’est ce que vient de révéler une enquête publiée dans la revue britannique The Lancet Infectious Diseases, spécialisée dans l’actualité des maladies infectieuses.


>>> À LIRE – Ebola en RDC : l’OMS se donne six mois pour en finir avec l’épidémie


Cette défiance populaire contribue au prolongement de l’épidémie, notamment par la dissimulation des symptômes de cette pathologie contagieuse, mais aussi par des attaques contre des centres de traitement. Début mars, suite à des agressions, l’ONG Médecins sans frontières a dû ainsi suspendre ses activités dans les localités de Katwa et Butembo. L’épidémie en cours est pourtant la plus meurtrière qu’a connue la RDC, après plusieurs flambée d’Ebola en moins d’un an.

Épidémie de rumeurs

Ce phénomène d’incrédulité est-il à mettre sur le compte de superstitions ancestrales ou, au contraire, de cette tendance contemporaine à gober moult théories du complot ? Gavée par les réseaux sociaux, l’époque tend à « valider » des fake news surréalistes, tout autant qu’elle présume faux des faits autrefois communément admis.

Pendant l’épidémie ouest-africaine de 2013-2016, des rumeurs expliquaient que des eugénistes mondialistes occidentaux avaient apporté Ebola en Afrique

Ce qui est certain, c’est que la défiance à l’égard de certains discours sanitaires n’est pas que congolaise. Pendant l’épidémie ouest-africaine de 2013-2016, des rumeurs expliquaient que des eugénistes mondialistes occidentaux avaient apporté la fièvre hémorragique Ebola en Afrique, dans le but d’imposer une « tyrannie médicale ».

Mais le doute n’est pas qu’africain. En Occident, la confiance dans les vaccins est en net recul. En 2015, 38 % des Français se déclaraient « plutôt pas ou pas du tout favorables » à la vaccination, contre 8 % en 2000…

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte