Finance

Enquête sur des « irrégularités » chez PIC : la directrice générale par intérim suspendue

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, et le ministre des Finances, Tito Mboweni, au Cap, le 9 octobre 2018. Ce dernier doit proposer un nouveau conseil d'administration pour PIC.

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, et le ministre des Finances, Tito Mboweni, au Cap, le 9 octobre 2018. Ce dernier doit proposer un nouveau conseil d'administration pour PIC. © © AP/SIPA

Matshepo More vient d'être suspendue de la direction générale du fonds de gestion PIC, un poste qu'elle occupait par intérim depuis novembre 2018. Le fonds sud-africain évoque une « mesure préventive » afin d'éviter des interférences dans l'enquête actuellement en cours.

Après la démission en bloc du conseil d’administration de Public Investment Corp – dont son président Mondli Gungubele, également adjoint du ministre des Finances – , mi-février, le plus grand gestionnaire d’actifs du continent a annoncé le 26 mars la suspension de Matshepo More.

Cette dernière assurait les fonctions de directrice générale par intérim depuis la destitution de Dan Matjila, en novembre 2018, après des allégations selon lesquelles l’institution aurait investi dans des transactions impliquant des personnalités liées au Congrès national africain (ANC) au pouvoir.

Un conseil d’administration à renouveler

PIC, qui gère 2 000 milliards de rands (123 milliards d’euros) d’actifs, notamment pour le compte de la caisse de retraite des fonctionnaires sud-africains, traverse une crise depuis fin janvier, lorsqu’un lanceur d’alerte a déclaré à la presse que quatre des neuf membres de son conseil d’administration étaient impliqués dans des « actes répréhensibles », en vue de leur enrichissement personnel. Des accusations qui avaient entraîné l’ouverture d’une enquête, à la demande du président Cyril Ramaphosa.

Depuis février, les auditions d’employés du groupe se succèdent et c’est pour cela que « le conseil d’administration a délibéré et conclu que pour assurer la libre participation du personnel au processus de la Commission d’enquête, Matshepo More serait mise en suspension préventive avec effet immédiat », a déclaré la société dans un communiqué.

Si la directrice générale par intérim a été immédiatement remplacée par Vuyani Hako, jusque-là à la tête des placements du fonds de gestion, la nomination du nouveau conseil d’administration par le ministre des Finances, Tito Mboweni, se fait attendre depuis plus d’un mois.

Menaces de mort

La procédure d’enquête se poursuit à Johannesburg, mais la commission d’enquête a cessé courant février de dévoiler le nom des employés appelés à témoigner, après des menaces de morts visant plusieurs témoins clés.

PIC, qui contrôle plus d’un dixième de la bourse de Johannesburg par le biais de participations dans des entreprises cotées en bourse – notamment dans la société Naspers et le minier Anglo American – avait jusque là paru échapper aux scandales qui ont émaillé l’ère Zuma. La société a cependant laissé quelques plumes dans l’effondrement du géant de la distribution Steinhoff, suite à un scandale comptable.

Elle est en outre le prêteur de dernier recours à des entreprises d’État en difficulté, notamment l’entreprise d’électricité Eskom qui traverse une grave crise finanière.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte