CAN 2019

CAN 2019 : huit choses à retenir de la dernière journée de qualification

Football: amical Burkina Faso-Gabon le 5 septembre à Nice (image d'illustration).

Football: amical Burkina Faso-Gabon le 5 septembre à Nice (image d'illustration). © AFP

Les 24 équipes qualifiées pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019 sont désormais connues. Aucun grand nom du continent ne manque à l’appel, même si les éliminations du Burkina Faso et du Gabon font désordre. Retour sur les principaux faits de cette sixième et dernière journée de qualifications.

• Bakambu délivre Kinshasa

C’était un dimanche pas tout à fait comme les autres à Kinshasa. Le stade des Martyrs, un des plus redoutés d’Afrique tellement la pression y est forte, peut en théorie accueillir 80 000 personnes. Ils étaient au moins autant pour assister à ce match décisif entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Liberia.


>>> À LIRE – Dernière journée de qualification pour la CAN 2019 : quelles sont les rencontres à enjeu ?


Pour la première, l’équation était simple : tout autre résultat qu’une victoire était synonyme d’élimination. Pour les Anglophones, motivés par la prime collective de 100 000 dollars (88 000 euros) promise par le président George Weah, un match nul suffisait à leur bonheur, eux qui n’ont plus participé à une phase finale depuis 2002 – avec comme chef de bande un certain… Weah George.

Dans un contexte particulièrement tendu, la RD Congo s’est finalement imposée grâce à un but de Cédric Bakambu en début de seconde période. Quarts de finaliste en 2017, les Léopards se sont montrés à la hauteur de la mission imposée par un parcours chaotique lors de ces qualifications.

• Bujumbura, cimetière des Panthères

Au moment du tirage au sort, le Gabon s’était montré plutôt confiant. Avec le Mali, il semblait avoir les faveurs des pronostics, puisque ses autres adversaires s’appelaient Burundi et Soudan du Sud. Mais à force de perdre des points en route, de subir les conséquences du conflit entre Pierre-Emerick Aubameyang et la fédération, combiné au management contestable de l’Espagnol José Antonio Camacho, viré en septembre et remplacé par Daniel Cousin, les Panthères se sont égarées et ont fini par se perdre.

Le Burundi a obtenu le match nul qui suffisait à son bonheur (1-1), celui de disputer la première phase finale de son histoire

Aubemayang était bien présent à Bujumbura pour le duel décisif face aux Hirondelles burundaises, mais le buteur d’Arsenal n’a pas permis aux Gabonais de prendre les trois points indispensables à une qualification. Dans le petit Stade Prince Louis Rwagasore, le Burundi a obtenu le match nul qui suffisait à son bonheur (1-1), celui de disputer la première phase finale de son histoire. Pour le Gabon, la gueule de bois risque d’être longue…

• Le Cameroun assure

La CAF, en retirant au Cameroun l’organisation de la CAN, avait obligé les Lions indomptables à obtenir leur qualification sur le terrain. Un match nul suffisait donc aux coéquipiers d’Éric Choupo-Moting, samedi à Yaoundé, face à des Comoriens obligés de s’imposer dans un environnement hostile.


>>> À LIRE – CAN 2019 : le TAS statuera sur le recours des Comores après le match face au Cameroun


Les Camerounais ont rappelé à leurs adversaires qu’ils étaient les champions d’Afrique en titre, et accessoirement une des meilleures nations du continent, même si leurs dernières performances n’allaient pas vraiment dans ce sens. Les joueurs de Clarence Seedorf ont rapidement étouffé les illusions des insulaires, privés de leur meilleur buteur, El Fardou Ben Mohamed (Étoile rouge de Belgrade). Le sélectionneur néerlandais des Lions, qui n’avait pas vraiment fait briller son équipe depuis sa nomination l’été dernier, a atteint son premier objectif en l’emportant 3-0.

• La déception du Burkina Faso

Les Étalons burkinabè n’avaient pas manqué une seule phase finale depuis 2010. Mieux, ils avaient atteint la finale en 2013 face au Nigeria (0-1), et accédé à la troisième marche du podium en 2017. Cette fois-ci, le Burkina Faso a échoué lors de la phase qualificative, laissant la Mauritanie, qualifiée depuis le mois de novembre dernier, et l’Angola, lui passer devant.

Paulo Duarte s’est excusé auprès des supporteurs. Pas certain que cela suffise à lui permettre de poursuivre sa mission au Pays des hommes intègres

Leur succès à Ouagadougou samedi face aux Mourabitounes (1-0) s’est révélé inutile, puisque les Angolais ont fait le nécessaire au Botswana. Les Étalons paient un parcours à l’extérieur catastrophique (un point en trois matchs), que le bilan parfait à domicile (trois victoires en trois matchs) n’a pas réussi à compenser. Paulo Duarte, le sélectionneur portugais, s’est excusé auprès des supporteurs. Pas certain que cela suffise à lui permettre de poursuivre sa mission au Pays des hommes intègres, où cette élimination est très mal vécue.

Bertrand Traoré, samedi 23 mars à Ouagadougou, lors du match de la dernière journée de qualification pour la CAN 2019.

Bertrand Traoré, samedi 23 mars à Ouagadougou, lors du match de la dernière journée de qualification pour la CAN 2019. © YouTube/ Spectrum TV

• Congo-Brazza, encore raté

Depuis son quart de finale fraternel – et perdu – en 2015 face à la RD Congo à Bata (2-4) lors de la CAN équato-guinéenne, les Diables rouges du Congo-Brazzaville pataugent. Absents en 2017, ils le seront une nouvelle fois cette année. Ils avaient pourtant la possibilité de se qualifier en cas de victoire au Zimbabwe, où il est notoirement difficile de s’imposer.

À cause d’une première mi-temps désastreuse, les Congolais, vite menés 2-0, n’ont jamais réussi à se remettre dans le sens du vent, lors d’un match endeuillé par la mort d’une supportrice des Warriors, piétinée lors d’un mouvement de foule avant le coup d’envoi.


>>> À LIRE – CAN 2019 : retour sur la vraie-fausse candidature du Congo-Brazzaville


Depuis la CAN 2015, quand Claude Le Roy était aux commandes, la sélection souffre d’une instabilité technique récurrente, puisqu’elle a vu se succéder Pierre Lechantre, Barthélémy Ngatsono, Sébastien Migné et Valdo, dont l’avenir semble compromis. Le Congo termine ainsi son parcours qualificatif à la dernière place de son groupe, laissant à son bourreau du jour et à ses voisins de RDC les deux billets pour l’Égypte.

• Le Bénin écarte le Togo de Le Roy

150 kilomètres séparent Cotonou de Lomé, faisant de ce Bénin-Togo un vrai derby d’Afrique de l’Ouest. Claude Le Roy, le sélectionneur des Éperviers togolais depuis 2016, champion d’Afrique en 1988 avec le Cameroun, n’avait jamais manqué une phase finale de CAN. La défaite concédée face aux Écureuils dimanche (1-2) a mis un terme à cette vieille tradition – une élimination qui ne devrait toutefois pas signifier la fin prématurée de l’aventure togolaise du technicien français.

Pour fêter l’événement, les Écureuils ont été reçus dimanche soir par le président Patrice Talon

Vite mené au score, le Togo, dans l’obligation de s’imposer pour se qualifier, a égalisé en seconde période, avant de craquer dans les dernières minutes. Les Béninois, entraînés par Michel Dussuyer (ex-coach de la Guinée, de la Côte d’Ivoire et… du Bénin, de 2008 à 2010) vont rejouer une phase finale, neuf ans après leur dernière apparition à ce niveau. Pour fêter l’événement, ils ont été reçus dimanche soir par le président Patrice Talon.

• Les gros bras seront là

Bien sûr, parmi les anciens vainqueurs de la CAN, certains brilleront par leur absence en Égypte l’été prochain (du 21 juin au 19 juillet) : le Congo, le Soudan, l’Éthiopie et la Zambie ne seront ainsi pas de la fête. Tous, depuis des années, n’appartiennent plus au gratin du football continental et, hormis les Congolais, les trois autres avaient abandonné leurs illusions avant cette sixième journée. Les absences du Burkina Faso et du Gabon sont finalement plus marquantes que celles de ces anciens champions d’Afrique.


>>> À LIRE – CAN 2019 : « L’Égypte sera prête », affirme la CAF


Mais que les puristes se rassurent, tous les autres grosses écuries du continent seront là. L’Afrique du Sud, qui était avec le Cameroun, la RDC et le Congo un des quatre titrés sous la menace d’une élimination, a réussi à se défaire du piège libyen (2-1), dans un stade de Sfax totalement acquis à la cause des Nord-Africains.

Le public égyptien verra donc débarquer ce qui se fait de mieux actuellement en Afrique. La plupart de ces cadors – Sénégal, Tunisie, Maroc, Algérie, Ghana, Egypte, Côte d’Ivoire, Nigeria – avaient effectivement eu la bonne idée de s’épargner le stress d’une dernière journée décisive en assurant leur qualification à l’automne.

• Le charme de la nouveauté

Il y aura par ailleurs trois néophytes en Égypte dans trois mois : la Mauritanie, Madagascar – tous les deux qualifiés avant cette dernière journée – et le Burundi. Des qualifications qui valident le travail effectué depuis plusieurs années dans ces trois pays, souvent avec des moyens financiers modestes, surtout à Madagascar et au Burundi.

La Tanzanie, absent depuis l’édition 1980 au Nigeria, fait presque elle aussi figure de petit nouveau. Les Africains de l’Est ont balayé l’Ouganda dimanche (3-0), confirmant la bonne santé du football tanzanien, une semaine après la qualification de Simba SC pour les quarts de finale de la Ligue des champions. On reverra aussi le Kenya, absent depuis 2004, et la Namibie, dont la dernière apparition remonte à 2008. Tout ce joli monde attend désormais le verdict du tirage au sort, qui sera effectué le 12 avril prochain au Caire, au pied des pyramides de Gizeh.


Et les vingt-quatre qualifiés sont…

La composition des chapeaux pour le tirage au sort dépend du dernier classement FIFA des sélections qualifiées pour la phase finale. Sauf modification de dernière minute, elle devrait être la suivante :

Chapeau 1 : Sénégal, Ghana, Tunisie, Égypte, Cameroun, Côte d’Ivoire

Chapeau 2 : Maroc, Guinée, Algérie, RD Congo, Nigeria, Mali

Chapeau 3 : Afrique du Sud, Burundi, Ouganda, Guinée-Bissau, Angola, Zimbabwe

Chapeau 4 : Madagascar, Tanzanie, Bénin, Kenya, Mauritanie, Namibie

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte