Politique

Algérie : des dissensions au sein du FLN sur la Conférence nationale ?

Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, dans un bureau de vote à Alger pour les législatives du 4 mai 2017. © Sidali Djarboub/AP/SIPA

La « Conférence nationale » proposée par Abdelaziz Bouteflika avant de passer le relais à la tête de l'État « est inutile » a déclaré le porte-parole du parti présidentiel, Hocine Khaldoun, sur la télévision privée Dzaïr News.

La direction du Front de libération nationale (FLN) du chef de l’Etat s’est toutefois rapidement démarquée des propos de son porte-parole, tenus ce dimanche 24 mars, assurant dans un communiqué renouveler son « attachement à la feuille de route décidée par le président » dont « l’organisation d’une conférence nationale ».

« Le FLN exprime ses positions via des communiqués émanant de sa direction », souligne également l’ancien parti unique, au pouvoir depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962, sans faire explicitement référence aux déclarations de Khaldoun.

Dans la journée, les réactions ont fusé. Mouad Bouchareb, coordinateur principal du FLN, entre autres, a désavoué les propos de son camarade. « Je me suis exprimé en mon nom personnel et je prends mes responsabilités à ce propos » a réagi Khaldoun dans une déclaration au site TSA, promettant aussi de faire connaître sa position « à l’instance de coordination du parti demain (lundi 25 mars, ndlr) lors d’une rencontre qui se tiendra au siège du parti. »

Ses propos illustrent une nouvelle fois les dissensions au sein du parti présidentiel.

« En toute franchise, nous allons revoir notre position par rapport à la Conférence (nationale) pour décider si on y participe ou non », a déclaré Khaldoun sur l’antenne de Dzaïr News, chaîne d’information du groupe d’Ali Haddad, patron des patrons algériens et proche du chef de l’Etat.

« La Conférence nationale est inutile » car massivement rejetée par l’opposition et le mouvement de contestation, et car la désignation des participants pose problème, a estimé Khaldoun, proposant « d’élire un président de la République maintenant ».

A la tête de l’Etat depuis 20 ans, Bouteflika a, pour tenter de calmer la protestation, proposé de remettre son pouvoir à un successeur élu lors d’une présidentielle dont la date serait fixée à l’issue d’une « Conférence nationale ouverte à tous », chargée de réformer le pays et d’élaborer une nouvelle Constitution.

Des institutions divisées

Ce faisant, il a reporté sine die la présidentielle prévue le 18 avril et prolongé de fait son mandat au-delà de son expiration constitutionnelle le 28 avril, une décision massivement rejetée par la rue. Khaldoun a proposé la mise sur pied rapide d’une « instance indépendante » chargée d’organiser la présidentielle, ainsi qu’une modification de la loi électorale pour en « garantir la transparence ».

« Ensuite on va aller à l’élection présidentielle. Et c’est celui qui aura obtenu la majorité des suffrages qui pourra alors s’adresser au peuple et au mouvement » de contestation, a-t-il estimé.

Il y a quelques jours, le patron du FLN, Mouad Bouchareb, s’était déjà livré à un exercice de grand écart en apportant publiquement son soutien au « mouvement populaire », tout en prônant le dialogue proposé par le chef de l’Etat.

Principal allié du FLN au sein de la majorité présidentielle, le Rassemblement national démocratique (RND) avait déjà étalé au grand jour ses dissensions quand son porte-parole, Seddik Chihab avait estimé que le parti s’était « trompé » en soutenant la candidature de Bouteflika à un cinquième mandat, qui a déclenché la contestation.

Plus grave, il avait aussi dit ne pas savoir qui décide « réellement » à la présidence, un discours tenu habituellement par les plus féroces opposants à Bouteflika, 82 ans, affaibli par les séquelles d’un AVC qui, depuis 2013, l’ont empêché de s’adresser de vive voix aux Algériens et ont rendu rares ses apparitions publiques. La direction du RND avait elle aussi rapidement désavoué son porte-parole.

Depuis quelques semaines, deux autres organisations piliers du pouvoir, la centrale syndicale UGTA (Union générale des travailleurs algériens) et l’organisation patronale FCE (Forum des chefs d’entreprises), se lézardent également.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte