Elections

Côte d’Ivoire : Jacques Ehouo élu maire de la commune du Plateau  

Jacques Ehouo, élu maire du Plateau en octobre 2018. © Facebook Jacques Ehouo.

Après quatre mois de blocage, Jacques Ehouo a été élu maire du Plateau par les conseillers municipaux. Il l’a remporté de justesse face à Parfait Kouassi, candidat surprise de son propre parti, le PDCI.

Bien qu’inculpé en janvier dans le cadre d’une affaire de détournement de deniers publics présumée, Jacques Ehouo, la tête de liste du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) dans la commune du Plateau, a été élu maire ce samedi par treize voix contre douze à Parfait Kouassi.

Michel Koblavi, un des bras de Jacques Ehouo, a été élu premier adjoint au maire, tandis que Guy Monnet devient deuxième adjoint.

« C’est un dénouement heureux, je remercie le chef de l’Etat Alassane Ouattara et toutes les personnes qui se sont impliquées dans ce dossier », a réagit Jacques Ehouo auprès de Jeune Afrique. Mais un membre de son équipe n’a pu que constater que « cette élection a montré des fissures au sein du conseil municipal, qui s’est disloqué en deux tendances ».


>>> A LIRE – Côte d’Ivoire : le duel Ehouo-Diakité pour le contrôle du Plateau cristallise les tensions RHDP-PDCI


Ehouo ne l’a en effet remporté que d’une voix, face à Parfait Kouassi, actuel président de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) et candidat surprise alors qu’il est lui aussi membre du PDCI.

Une mairie sous tutelle

Convoqué à l’initiative du ministre de l’Intérieur et de la sécurité, Sidiki DIakité, ce scrutin a vu la réunion, pour la première fois depuis l’annonce des résultats de l’élection octobre dernier, des 25 conseillers du Plateau, y compris le candidat malheureux Fabrice Sawegnon.

Le vote a été supervisé par Vincent Toh Bi, le préfet d’Abidjan, qui gère depuis le 1er janvier les affaires courantes de la mairie dans le cadre de la « délégation spéciale » mise en place par le ministre ivoirien de l’Intérieur et de la Sécurité, Sidiki Diakité. La nouvelle équipe municipale n’a pas été installée immédiatement après l’élection.

Menaces de révocation

La tenue de ce scrutin vient clore plusieurs mois de crise dans cette commune stratégique de la capitale économique ivoirienne. Mais la menace d’une révocation prochaine pèse sur le nouveau maire du Plateau.

« Le ministre Sidiki Diakité, a été clair. Il a dit qu’il révoquera Jacques Ehouo, une fois élu, car il disposerait d’éléments et preuves irréfutables de l’implication de Jacques Ehouo dans une affaire de détournements de deniers publics », confiait à Jeune Afrique un collaborateur du ministre, mercredi.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte