Économie

Liquid Telecom relie le continent à la vitesse de la lumière

Avec son réseau de fibre optique de 17 000 kilomètres, unique au sud du Sahara, Liquid Telecom, la filiale du zimbabwéen Econet Wireless, relie une dizaine de pays, de l’Afrique du Sud au nord du Kenya. Pour cela, la firme a investi 300 millions de dollars et espère doubler la mise dans les cinq prochaines années.

Mis à jour le 19 août 2014 à 18:19

Les internautes africains paient leur bande passante six fois plus cher que les habitants d’Asie du Sud-Est. © AFP/Sciences Photo Library

Il n’a fallu que cinq ans à Liquid Telecom pour tisser sa toile sur le continent. Avec son réseau de fibre optique de 17 000 kilomètres, unique au sud du Sahara, la filiale du zimbabwéen Econet Wireless (60 % du capital), relie une dizaine de pays, de l’Afrique du Sud au nord du Kenya.

Lire aussi:

La RD Congo bientôt câblée

Pourquoi l’Afrique n’a pas la fibre numérique

David Eurin : « Notre présence fait baisser les prix »

Liquid Télécom accélère son développement avec l’acquisition de Rwandatel

300 millions de dollars d’investissements

Pour cela, la firme a investi 300 millions de dollars (212 millions d’euros à l’époque) et espère doubler la mise dans les cinq prochaines années en se développant dans les pays francophones comme la RD Congo, le Gabon ou le Sénégal.

Objectif haut débit

Son but : amener la fibre jusque dans les foyers de centaines de milliers d’Africains pour leur offrir une connexion à haut débit. D’ores et déjà, ce nouvel acteur a bousculé les équilibres du secteur : partout où Liquid est présent, le prix de la bande passante vendue aux fournisseurs d’accès a baissé d’au moins 25%.