Économie

Zambeef, Fan Milk, Brookside Dairy… Les secrets d’une adaptation africaine

Par
Mis à jour le 27 août 2014 à 14:40

Plusieurs sociétés agroalimentaires africaines semblent avoir trouvé la bonne formule pour rationnaliser la chaîne logistique, du producteur au consommateur. Et leur succès ne se dément pas.

Prenez un produit traditionnel, ajoutez une organisation innovante et des moyens adaptés aux réalités locales : voilà le cocktail parfait de plusieurs belles réussites du continent dans l’agroalimentaire. Ainsi, le producteur de viande zambien Zambeef n’a rien inventé à première vue. Pourtant, c’est l’une des rares sociétés africaines qui soit parvenue à mettre sur pied une filière d’élevage intégrée.

Et ça marche : avec un chiffre d’affaires de 300 millions de dollars (223 millions d’euros) et une marge brute de 100 millions, Zambeef est une véritable cash machine. Son secret ? La rationalisation de la production et l’intégration verticale, depuis la culture de céréales pour nourrir le bétail jusqu’aux points de vente.

Lire aussi :

Dossier agriculture : la révolution sera bien élevée

Agro-alimentaire : la recette de Danone pour conquérir l’Afrique subsaharienne

Agroalimentaire : Danone double la mise

Maîtrise de la chaîne logistique

À leur manière, le danois Fan Milk, implanté au Nigeria, et le kényan Brookside Dairy, tous deux récemment rachetés par Danone, le géant français des produits laitiers, ont su aussi adapter leur modèle au continent.

La clé de leur succès réside notamment dans leur maîtrise de la chaîne logistique. Brookside Dairy collecte son lait auprès de 140 000 éleveurs et le redistribue dans 200 000 points de vente.

Dans 40 % des cas, la livraison finale du produit – des bouteilles de lait le plus souvent – se fait à bicyclette sur le dernier kilomètre. De même, en Afrique de l’Ouest, Fan Milk dispose d’un réseau de 30 000 revendeurs de rue à bicyclette pour écouler ses glaces.