Diplomatie

À Nairobi, Macron appelle à placer l’environnement au cœur des choix économiques

Le président français Emmanuel Macron au Kenya, le jeudi 14 mars 2019. © Khalil Senosi/AP/SIPA

Emmanuel Macron, qui coprésidait le One Planet Summit à Nairobi, a appelé à placer l'environnement « au cœur des choix économiques » et à prôner des « partenariats respectueux » avec les pays de la région.

Emmanuel Macron a clos sa tournée en Afrique de l’Est par une intervention attendue à Nairobi, le jeudi 14 mars, dans le cadre du One Planet Summit, un sommet international sur les changements climatiques. Devant une assemblée de grandes entreprises et institutions, le président français a déclaré qu’il ne « ne croit ni au camp des désespérés ni au camp des cyniques », se positionnant plutôt dans « le camp des déterminés ». Pour le président français, il « faut remettre au cœur de l’économie de marché la place de l’environnement et de la biodiversité ». Il oppose ainsi l’approche française à celle de la Chine, qui multiplie les investissements à grande échelle en Afrique de l’Est.


>>> À LIRE : Djibouti-Éthiopie-Kenya : les enjeux de la tournée d’Emmanuel Macron


Critique envers le modèle chinois

Durant son périple au cours duquel il a rencontré ses homologues locaux, Macron a vanté les accords « respectueux » que la France est selon lui en mesure de proposer. Une critique à peine voilée contre les conditions posées par Pékin pour construire des infrastructures en Afrique, en Asie et en Europe.

Jeudi, le président français a ciblé les centrales à charbon construites par la Chine en Afrique : « Tous ceux qui vous disent qu’il faut de grands réseaux centralisés, des grandes centrales à charbon, vous mentent et vous conduisent vers le pire, ce n’est pas le bon modèle pour l’énergie en l’Afrique ».

Applaudi à l’international pour son engagement sur le climat, Emmanuel Macron est en revanche accusé d’inaction en France dans ce domaine. Des ONG à l’origine d’une pétition qui a recueilli plus de deux millions de signatures en France viennent de déposer un recours en justice contre l’État français pour « manquements » à son obligation d’action contre le réchauffement climatique.

Jeudi, le président français a annoncé une hausse de sa contribution aux projets de l’Alliance Solaire internationale et recommandé une simplification du système de primes à la conversion des véhicules en France. « Lutter contre le changement climatique c’est changer d’habitudes. C’est très compliqué de changer d’habitudes, les gens détestent ça », a-t-il dit.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte