Diplomatie

RDC – Rwanda : Félix Tshisekedi se rendra à Kigali pour l’Africa CEO Forum

Félix Tshisekedi (à g.) et Paul Kagame. © Creative Commons / présidence rwandaise

Le président congolais est attendu à Kigali le 26 mars prochain pour sa première visite au Rwanda, la première d'un chef d'État congolais depuis 2016, signe que les relations historiquement compliquée entre Kigali et Kinshasa semblent s'améliorer.

Félix Tshisekedi est attendu à Kigali le 26 mars pour ce qui sera la première visite officielle d’un président congolais au Rwanda depuis le déplacement de Joseph Kabila à Rubavu, dans l’ouest du pays, en août 2016. L’information a été confirmée par le ministre des Affaires étrangères rwandais Richard Sezibera.

« Les relations bilatérales entre le Rwanda et la RDC s’améliorent de mieux en mieux, tant au niveau sécuritaire qu’en matière de commerce. Tshisekedi et Kagame ont convenu de renforcer la coopération entre les deux pays et nous leurs en sommes reconnaissants », a souligné le chef de la diplomatie rwandaise selon des propos rapportés par la presse rwandaise. La visite a été confirmée à l’issue d’un déplacement à Kigali du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe qui a rencontré Paul Kagame mardi 12 mars. Félix Tshisekedi participera notamment à l’Africa CEO Forum qui se tiendra à Kigali les 25 et 26 mars prochains.

Deuxième rencontre

Ce voyage sera l’occasion d’une deuxième rencontre entre le président rwandais et son homologue congolais après un premier tête à tête lors du dernier sommet de l’Union africaine, le 17 janvier à Addis-Abeba. Du côté de Kigali, on souligne une bonne entente entre les deux hommes et « notamment autour des questions économiques et sécuritaires », précise une source officielle rwandaise.

Cette coopération plus efficace entre deux pays aux relations historiquement difficiles ne date pas de l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi : l’arrestation mi-décembre de deux cadres des FDLR et leur extradition un mois plus tard vers le Rwanda y ont notamment contribué. Le contexte n’était pourtant pas favorable au moment de la prise de fonction de Félix Tshisekedi, fin janvier.

Le 17 janvier dernier, au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba, neuf chefs d’État africains réunis à l’initiative de Paul Kagame, président de l’UA à l’époque, s’étaient entendus pour exprimer de « sérieux doutes » sur la transparence de la victoire de Félix Tshisekedi et avaient appeler à « suspendre » la proclamation des résultats de l’élection présidentielle. Paul Kagame devait, en tant que président en exercice de l’organisation, mener le 21 janvier une délégation de cinq chefs d’État dans la capitale congolaise pour des consultations. Fortement critiquée par Kinshasa, la visite avait été annulée in extremis après d’intenses tractations diplomatiques.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte