Dossier

Cet article est issu du dossier «Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Voir tout le sommaire
Politique

[Chronique] Abdelaziz Bouteflika : vrai-faux renoncement de bonimenteur ?

Par

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

Glez

© Glez

Entre expression diplomatique de soulagement et témoignage populaire de méfiance, le coup de théâtre algérien du 11 mars déclenche, dans tous les camps, des ajustements de stratégies.

En début de soirée de ce lundi, des klaxons égosillés et des drapeaux agités distillaient dans le centre-ville d’Alger des effluves de victoire footballistique. À l’annonce du renoncement d’Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat présidentiel, on aurait juré entendre « one, two, three, four, not five, viva l’Algérie ». Mais la gueule de bois n’attend pas toujours le lendemain de l’ivresse. Et la Coupe du monde que pourrait remporter l’aphasique président est celle de la magie, tant il parvient à faire passer des vessies réchauffées pour des lanternes passagères…


>>> À LIRE – Report de la présidentielle en Algérie : l’opposition dénonce un « complot », la majorité salue « l’apaisement »


La base dramaturgique de ce numéro de prestidigitation reste évidemment le trompe-l’œil originel, ce jeu d’ombre et de lumière qui empêche de répondre formellement à la question : « Boutef est-il encore Boutef ? » Face à l’évidence du « truc » de magicien, les observateurs hypnotisés par la culture de l’information continue ne peuvent s’empêcher d’être fascinés par un avion désigné comme « présidentiel » ou une ombre devinée à travers un pare-brise.

Qu’a donc déposé Abdelghani Zaalane, ce 3 mars, devant le Conseil constitutionnel, si ce n’est le dossier de candidature d’Abdelaziz Bouteflika ?

Dans ce décor de magie approximative, les illusionnistes au pouvoir maquillent la réalité sans vergogne. Un peu de poudre de perlimpinpin et le message bouteflikien explique à qui voudrait le croire qu’il n’a « jamais été question » de cinquième mandat. Qu’a donc déposé Abdelghani Zaalane, ce 3 mars, devant le Conseil constitutionnel, si ce n’est le dossier de candidature d’Abdelaziz Bouteflika ?

Un report « sine die » à la Kabila ?

Le clou de ce spectacle de prestidigitation politicienne était donc pour ce lundi 11 mars. Pendant les courts instants de l’illusion breaking news, les klaxons euphoriques ont remplacé les cris d’orfraie du 3 mars dernier. Pourtant, si Bouteflika ne sera plus candidat le 18 avril, c’est que plus personne ne le sera. Et s’il n’est plus question de cinquième mandat, c’est que le quatrième a désormais une durée indéterminée.

À moins de croire qu’on facilite le licenciement d’un employé en transformant son CDD en CDI, le « renoncement » annoncé du président algérien a tout d’un trompe-l’œil. Échaudé par la prolongation de deux ans du mandat présidentiel de Joseph Kabila, un Congolais de RDC rappelait, sur une émission radiophonique de libre antenne, combien l’expression « sine die » est l’atout majeur des prestidigitateurs politiques…

Lire les autres articles du dossier

«Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte