Politique

RDC : la coalition de Kabila remporte la quasi-totalité des assemblées provinciales

Joseph Kabila et Félix Tshisekedi, lors de l'investiture du second comme nouveau président de la RDC, le 24 janvier 2019. © Jerome Delay/AP/SIPA

Le Front commun pour le Congo (FCC), la coalition dirigée par l'ancien président Joseph Kabila, a remporté le 11 mars la quasi-totalité des présidences des assemblées provinciales, posant ainsi la question de la marge de manœuvre de l'action de Félix Tshisekedi et de son gouvernement dans les provinces.

C’est une victoire pour le Front commun pour le Congo (FCC), la coalition dirigée par l’ex-président Joseph Kabila. Lors de l’élection des membres des bureaux définitifs des assemblées provinciales, le FCC a remporté 20 provinces sur les 24 où les élections ont été organisées le 11 mars, selon le décompte encore provisoire.

Une « brillante victoire »

Du côté du FCC, quelques jours après la « coalition gouvernementale » choisie par les plateformes de Tshisekedi et Kabila, l’on parle déjà d’une véritable démonstration de force. « Cette brillante victoire est une nouvelle démonstration que la majorité parlementaire appartient bel et bien au FCC, a réagi à Jeune Afrique Félix Momat Kitenge, haut cadre de cette coalition. C’est aussi une preuve matérielle de la discipline, la loyauté et du respect des idéaux prônés par Joseph Kabila par tous les élus et les cadres du FCC ».


>>> À LIRE – RDC : Joseph Kabila resserre les rangs de sa majorité


Le FCC n’a perdu que la présidence des bureaux définitifs des provinces, du Kongo central, le Kasaï central et le Kasaï oriental, dirigée par l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) de Tshisekedi, ainsi que le Kasaï central dirigé par la plateforme Alternance pour la République, membre du regroupement Ensemble de Moïse Katumbi.

Toutes les provinces de l’ex-Katanga, ainsi que le Haut-Katanga, où Gabriel Kyungu wa Kumwanza se réclame être le « gardien », ont été remportées par un candidat du FCC. Au centre du pays, à l’exception du Kasaï oriental et du Kasaï central, le FCC l’a emporté sur toutes les autres, au même titre que dans les provinces de l’ex-Bandundu et les provinces dans l’est du pays.

À Kinshasa, l’UDPS a créé la surprise : son candidat, Peter Kazadi, s’est désisté à quelques minutes du scrutin, laissant le champ libre au candidat du FCC, qui a ensuite été plébiscité.

La question du contrôle des gouvernorats

Avec ces résultats, le Front commun pour le Congo de Joseph Kabila contrôlera l’action des gouverneurs des provinces, posant ainsi la question de la marge de manœuvre de Félix Tshisekedi et de son gouvernement dans les provinces.

La coalition Cap pour le changement (Cach), du président Tshisekedi, préfère rassurer. « Les résultats auxquels nous venons d’assister sont le reflet de ceux obtenus aux élections aux niveaux législatif et provincial. Le FCC a la majorité dans toutes les assemblées provinciales et cela se traduit au niveau des bureaux, tel sera aussi le cas pour le bureau de l’Assemblée nationale, mais il n’y a pas à s’alarmer », a certifié à Jeune Afrique Jean Baudoin Mayo Mambeke, secrétaire général de l’Union pour la nation congolaise (UNC), le parti du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe.

Les élections dans les provinces du Nord-Kivu et Maï-Ndombe, où les législatives ne se sont pas tenues dans les circonscriptions de Yumbi, Béni et Butembo, seront organisées avec les législatives nationales à la fin du mois.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte