Dossier

Cet article est issu du dossier «Législatives au Bénin sans l'opposition : les enjeux d'un scrutin inédit»

Voir tout le sommaire
Politique

Bénin : grande manifestation de l’opposition pour dénoncer son exclusion des législatives

Thomas Boni Yayi, l'ancien président du Bénin. © Jacques Brinon/AP/Sipa

Des milliers de personnes ont manifesté lundi à Cotonou à l'appel des principaux partis d'opposition béninois pour dénoncer la politique du président Patrice Talon, accusé d'autoritarisme dans le pays.

Selon les organisateurs, Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) de l’ancien président Thomas Boni Yayi et l’Union sociale libérale (USL) de l’homme d’affaires Sébastien Ajavon, près de 20 000 manifestants ont pris part à la marche dans la capitale économique béninoise.

Invalidation des opposants

“Abrogation des lois scélérates” ou “Sauver la démocratie béninoise en danger”, clamaient des pancartes brandies par la foule rassemblant des responsables politiques et syndicaux, des femmes, des étudiants et des commerçants, qui scandaient des slogans hostiles au pouvoir.

Le président Talon, élu en mars 2016, est régulièrement accusé de dérive autoritaire. Plusieurs opposants ont fait l’objet de poursuites judiciaires ces derniers mois dans le cadre d’une lutte contre la corruption qualifiée de chasse aux sorcières par ses détracteurs.

La dernière crise en date concerne les élections législatives prévues le 28 avril, et dont l’opposition a été exclue par la Commission électorale nationale (Cena). Plus de cinq millions d’électeurs béninois sont attendus aux urnes le 28 avril pour renouveler les 83 sièges de l’Assemblée nationale.

Or, la Cena a estimé la semaine dernière que seuls deux partis membres de la mouvance présidentielle avaient rempli les conditions requises par le nouveau code électoral – adopté l’an dernier et durcissant les règles régissant les partis politiques – pour pouvoir présenter des listes, excluant de facto toute l’opposition.


>>> À LIRE – Bénin : la tentation autoritaire


Face au tollé déclenché dans le pays, le président Talon, a reçu dans la foulée les représentants de plusieurs partis et proposé de s’en remettre au Parlement pour “sortir de l’impasse”, mais l’opposition a boycotté la rencontre. “Le peuple est sorti massivement dans la rue parce qu’il veut dire au président qu’il en a ras-le-bol”, a affirmé à l’AFP Donklam Abalo, un cadre de l’USL.

“La classe politique doit se réunir pour décider comment on va s’arranger pour que tout le monde aille aux élections et laisser le peuple s’exprimer pour choisir librement ses représentants”.

Pour Eric Houndété, vice-président du Parlement présent lors de la manifestation, “il n’y aura pas d’élection sans l’opposition”. Victor Topanou, ancien ministre de la Justice sous le président Boni Yayi a dénoncé lui aussi “un rouleau compresseur qui a atteint son summum” avec l’exclusion de l’opposition aux législatives.

“Depuis trois ans, on a le sentiment d’une violation presque constante des libertés individuelles et collectives” par le régime Talon, a déploré l’ancien ministre, qui disait “participer pour la première fois à une marche” dans le pays.

Lire les autres articles du dossier

«Législatives au Bénin sans l'opposition : les enjeux d'un scrutin inédit»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte