Politique

Gabon : « Il n’y a pas de sosie du président », a rassuré la présidence

Le président Ali Bongo (c) reçoit le premier ministre Jules Nkoghe Bekale (g) et le secrétaire général de la présidence Jean-Yves Teale (d) au palais présidentiel le 25.02.2019. © PR-Gabon

La présidence du Gabon a tenu à faire taire les rumeurs circulant sur les réseaux sociaux sur un éventuel sosie du chef de l'État Ali Bongo Ondimba, actuellement en convalescence au Maroc, lors d'une conférence de presse tenue jeudi à Libreville.

« Il n’y a pas de sosie. Le président de la République est bien là. C’est lui qui est à la tâche », a déclaré le porte-parole de la présidence Ike Ngouoni lors de cette conférence de presse, la deuxième organisée depuis l’hospitalisation du chef de l’État à Riyad, en octobre. « Il faut rassurer les Gabonais », a-t-il martelé.

Très peu d’informations ont filtré ces quatre derniers mois sur le président gabonais et son état de santé. Depuis octobre, les rumeurs les plus surprenantes, notamment sur l’existence d’un sosie, ont circulé sur les réseaux sociaux. Ces dernières ont même été alimentées par des personnalités politiques comme l’ancien vice-Premier ministre Bruno Ben Moubamba, qui soutenait que lors des dernières apparitions publiques d’Ali Bongo Ondimba, ce dernier serait en réalité un sosie du véritable président gabonais.

« Aucune inquiétude à avoir »

Depuis son accident vasculaire cérébral (AVC), le chef de l’État, en convalescence au Maroc, n’est revenu que deux fois à Libreville, chaque fois moins de 48 heures. Fin février, il avait présidé un Conseil des ministres, où plusieurs nominations avaient été annoncées. Le chef de l’État avait également circulé dans certains quartiers de la capitale, où il avait salué les populations depuis sa voiture. Aucun média n’avait été convié à cet événement, qui avait été filmé par des proches de la présidence.

« Le président de la République était là en chair et en os. Il a fait le tour de la ville. (…) Beaucoup de personnes peuvent en attester », a abondé le porte-parole de la présidence. Interrogé sur la gestion des affaires publiques, Ike Ngouoni a déclaré qu’il n’y avait « aucune inquiétude à avoir ». Aucune date de retour définitif au Gabon du président n’a cependant été annoncée jeudi. En janvier, une tentative de putsch a lieu à Libreville pour dénoncer l’absence du président et établir « une transition démocratique ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte