Agroalimentaire

Cameroun : le gouvernement retoque la hausse du prix des bières et des sodas

SABC Douala. Brasseries du Cameroun © © Nicolas EYIDI pour Jeune Afrique

Le ministre camerounais du Commerce vient de suspendre les mesures prises les 1er et 4 mars par les trois brasseurs nationaux et dénonce la « précipitation » avec laquelle ces derniers ont agi, sans son approbation.

La hausse des prix des boissons de 25 à 50 F CFA (4 à 8 centimes d’euro), décidée par trois grands brasseurs camerounais au début du mois de mars (Société anonyme des brasseries du Cameroun, Union camerounaise des brasseries, Guinness Cameroon) est finalement suspendue.

Cette décision ressort de la réunion de concertation organisée le 6 mars par le ministre camerounais du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana. Ce dernier avait convié les associations de défense des consommateurs, les distributeurs de boissons et les brasseurs, pour discuter des conséquences de cette hausse des prix.


>>À LIRE : Les Brasseries du Cameroun sous tension


« Il y a eu précipitation et erreur de méthode », a estimé le ministre sur les antennes de la radio nationale. « Aucun barème ne peut entrer en vigueur s’il n’a été préalablement approuvé par le ministre en charge des prix. Et cette formalité n’a pas été respectée », a-t-il poursuivi.

Après l’intervention de Luc Magloire Mbarga Atangana , les brasseurs semblent désemparés : « C’est grâce justement à une concertation avec l’administration fiscale, sur invitation du même ministre, que nous avions d’un commun accord, après simulation de l’impact, arrêté la hausse du prix de 50 F CFA », peste l’un des brasseurs contacté par Jeune Afrique.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte