Économie

Afrique du Sud : une croissance de 0,8% en 2018, malgré des secteurs en baisse

Cyril Ramaphosa à Bruxelles le 15 novembre 2018.

Cyril Ramaphosa à Bruxelles le 15 novembre 2018. © Francisco Seco/AP/SIPA

Après un début d’année marqué par la récession, l’Afrique du Sud a enregistré une croissance de 0,8% en 2018, malgré des baisses enregistrées par certains secteurs, selon des chiffres officiels publiés mardi, à deux mois des élections générales.

Officiellement sortie de la récession début décembre, la première puissance industrielle du continent africain a enregistré une croissance de 1,4% au quatrième trimestre 2018, soit une croissance annuelle de 0,8%, selon les chiffres de l’agence nationale des statistiques Stats SA publiés le 5 mars.

« La croissance positive aux troisième (+2,6%) et quatrième trimestres (+1,4%) a été juste suffisante » pour permettre à l’économie de l’Afrique du Sud de sortir du rouge, après une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 2,7% et 0,5% aux premier et deuxième trimestres, selon le communiqué de Stats SA.


>>> A LIRE – [Décryptage] Salaire minimum en Afrique du Sud : quelles conséquences ?


Des secteurs en baisse

La publication de ces chiffres intervient après une année 2018 marquée par la récession. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, au pouvoir depuis 2018 après la démission de Jacob Zuma, s’était fixé comme priorité de relancer l’économie du pays et de lutter contre un chômage endémique (27,2%).

La finance, l’immobilier et le commerce sont les principaux moteurs de la croissance au dernier trimestre 2018. En revanche, les secteurs de l’agriculture (-4,8%), des mines (-1,7%) et de la construction (-1,2%) ont enregistré de très mauvais résultats en 2018. La production d’or a ainsi chuté de 14,5% en 2018, la plus importante baisse annuelle depuis 2008, selon Stats SA.

Des chiffres « meilleurs » qu’attendu

Globalement, les chiffres de la croissance sont « meilleurs » qu’attendu, a estimé une analyste, Bianca Botes. Mais la devise nationale, le rand, va continuer à souffrir « tant que l’économie ne parvient pas à se stabiliser ».

Les chiffres de la croissance sont particulièrement bienvenus pour le gouvernement à quelques mois des élections législatives du 8 mai. En février, le président Ramaphosa avait affirmé que son pays était « sur la voie de la croissance et du renouveau » après la « période d’instabilité et de perte de confiance » de son prédécesseur Zuma.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte