Dossier

Cet article est issu du dossier «Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

Mobilisation anti-Bouteflika en Algérie : la France entre neutralité et inquiétude

Emmanuel Macron, en février 2016, dans la basilique Notre-Dame-d'Afrique, à Alger. © Anis Belghoul/AP/SIPA

La présidence et le ministère des Affaires étrangères français suivent de très près la mobilisation populaire contre un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika. Le mot d’ordre : pas d'ingérence, mais en même temps pas d'indifférence. Coulisses.

Marcher sur une ligne de crête étroite n’est jamais une chose évidente. Depuis une semaine, la diplomatie française est pourtant contrainte de réaliser ce numéro d’équilibriste quand elle s’exprime sur la situation en Algérie. Mercredi 6 mars, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s’est exprimé pour la première fois publiquement sur ce dossier : « La France est très attentive au déroulé de cette échéance électorale majeure [le scrutin présidentiel algérien]”, a-t-il déclaré lors de la séance hebdomadaire de questions au gouvernement.

Le chef de la diplomatie française a expliqué que Paris respectera trois “principes » : « L’Algérie est un pays souverain. C’est au peuple algérien et à lui seul qu’il revient de choisir ses dirigeants et son avenir. […] L’Algérie est un pays ami auquel nous rattachent des liens multiples. […] L’Algérie est un pays clé en Afrique et en Méditerranée. C’est pour ça que la stabilité, la sécurité et le développement de l’Algérie sont tout à fait essentiels. »

Deux jours plus tôt, le lundi 4 mars, le Quai d’Orsay avait réagi par le biais de sa porte-parole, au lendemain des promesses d’Abdelaziz Bouteflika suite au dépôt de son dossier auprès du Conseil constitutionnel : « Nous avons pris note de la candidature du président Bouteflika. Nous souhaitons que l’élection présidentielle se déroule dans de bonnes conditions. C’est au peuple algérien qu’il appartient de choisir ses dirigeants et de décider de son avenir. »

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Lire les autres articles du dossier

«Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte