Pétrole & Gaz

Nigeria : explosion d’un important oléoduc

Pipeline en feu à Nembe, au Nigeria, le 1er mars 2019. © AP/SIPA

La société nigériane d'exploitation de pétrole Aiteo a annoncé le 3 mars l'explosion d'un important oléoduc dans le sud-est du Nigeria, qui n'aurait pas fait de victimes mais a forcé des centaines d'habitants à fuir.

Le Nembe Creek Trunk Line, un important pipeline d’une capacité de 150 000 barils qui relie le terminal de Bonny à l’État de Bayelsa, a explosé le 1er mars, a indiqué deux jours plus tard la société Aiteo, précisant que les secours tentaient toujours d’éteindre l’incendie qui a suivi l’explosion.

« Nous n’avons pas vraiment reçu d’informations à ce sujet, mais oui, cela a bien eu lieu », a confirmé le porte-parole de la police locale, Asinim Butswat. « Il n’y a eu aucune perte humaine, et nous ne pouvons pas dire à ce stade s’il s’agit d’une attaque ou si c’est un dégât logistique, car la compagnie ne nous autorise pas à nous rendre sur les lieux et à mener une enquête », a-t-il expliqué à l’AFP.

Dans un court message, le directeur de la communication de Aiteo, Ndiana-Abasi Mathew a confirmé l’incident, et s’est « réjoui de pouvoir annoncer que le feu était contenu et qu’aucune vie n’est à déplorer ». L’agence de presse AP relève pour sa part « plus de 50 disparus ». Nengi James-Eriworio, porte-parole du conseil des chefs traditionnels de Nembe, a en outre confié à l’agence américaine que des « pillages massifs » de pétrole s’étaient produits juste après l’explosion.

La piste criminelle n’est pas exclue

Des centaines de personnes ont dû fuir la zone, a rapporté de son côté, Oyinkro Jasper, chef traditionnel de la localité de Kalablomi, qui se trouve sur le trajet de l’oléoduc. « Le pipeline passe à travers les communautés de Kalablomi, Nembe Creek 1, Nembe Creek 2, Nembe Creek 3, Fatuo et Jalungo », a-t-il confié. « Et quand ça a explosé, ca a suivi le parcours du pipeline et causé un immense incendie ».

Il n’est pas rare que les oléoducs soient défaillants au Nigeria, quand ils ne sont pas percés par les habitants qui raffinent eux-mêmes le pétrole pour le revendre au marché noir.

Bien qu’elle n’ait pas été revendiquée, il pourrait toutefois s’agir d’une attaque criminelle. Cet accident survient quelques jours après la réélection de Muhammadu Buhari à la tête du premier producteur de pétrole du continent africain.

Lors de son premier mandat, le groupe des Nouveaux vengeurs du Delta (NDA) avait multiplié les attaques de grande envergure contre les installations pétrolières, promettant de mettre l’économie du pays « à genoux ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte