Dossier

Cet article est issu du dossier «Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Voir tout le sommaire
Politique

Algérie : les journalistes arrêtés lors d’une manifestation à Alger ont tous été libérés

La police anti-émeute retient des manifestants alors qu'ils marchent dans les rues de la capitale algérienne, Alger, pour dénoncer la candidature du président Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat, vendredi 22 février 2019. © Anis Belghoul/AP/SIPA

Une dizaine de journalistes algériens participant à un rassemblement dans le centre d'Alger contre « la censure » ont été interpellés jeudi par la police. À 17h, ils avaient tous été relâchés.

Une centaine de journalistes des médias algériens, écrits et audiovisuels, publics et privés, étaient rassemblés en fin de matinée sur la “Place de la Liberté de la presse”, pour dénoncer les pressions subies par leur profession, à la suite des restrictions de couverture du mouvement de contestation actuel en Algérie, “imposées par (leur) hiérarchie” selon eux.


>>> À LIRE – Algérie : « Les manifestations populaires ont levé le voile sur la censure dans les médias »


“Libérez nos collègues”, ont scandé les manifestants, tandis que les journalistes interpellés tambourinaient contre les parois des fourgons de police dans lesquels ils ont été enfermés et qui ont ensuite quitté la place.

Rassemblements quotidiens

“Non à la censure!”, “4e pouvoir, pas une presse aux ordres”, ont encore clamé les manifestants, aussi nombreux que les policiers qui les encerclaient. L’Algérie connait depuis près d’une semaine un mouvement massif de contestation contre la perspective d’un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999.

Les médias audiovisuels publics algériens et les télévisions privées, propriétés d’hommes d’affaires proches du pouvoir, ont durant plusieurs jours passé sous silence le mouvement de contestation. Des journalistes de la radio nationale algérienne ont affirmé que ce silence avait été imposé par leur hiérarchie. Ils en ont profité pour dénoncer l’absence de neutralité à l’antenne, le “traitement exceptionnel” réservé au camp du président Bouteflika et celui “restrictif de l’opposition”.

Une journaliste de la radio qui a publiquement démissionné de ses fonctions d’encadrement pour dénoncer cet état de fait a indiqué que son émission avait ensuite été supprimée.

Des pancartes hostiles à un 5e mandat étaient également brandies, suscitant un débat au sein des protestataires sur la neutralité journalistique

L’organisation Reporters sans Frontières (RSF) a affirmé mercredi que les autorités algériennes mettaient “tout en œuvre pour museler les médias” voulant couvrir le mouvement de contestation actuel, et a dénoncé des “interpellations, agressions, interdiction de couvrir, confiscation de matériel, pressions sur les médias publics et ralentissement du réseau internet…”

Les journalistes de l’audiovisuel public – radio nationale mardi, puis télévision nationale mercredi – ont tour à tour organisé des rassemblement devant leurs sièges. Des pancartes hostiles à un 5e mandat étaient également brandies jeudi, ce qui a suscité un débat au sein des protestataires, certains estimant qu’en tant que journalistes, ils n’avait pas à prendre position sur le mouvement actuel de contestation en lui-même.

Lire les autres articles du dossier

«Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte