BTP & Infrastructures

Ciment : le turc Limak et Afrikbat vont investir 50 millions de dollars en Côte d’Ivoire

Nihat Ozdemir, PDG du groupe Limak g) et Edoh Jean-Claude Ayanou (d), PDG d'Afrikbat SA. DR

Nihat Ozdemir, PDG du groupe Limak g) et Edoh Jean-Claude Ayanou (d), PDG d'Afrikbat SA. DR ©

Le géant industriel turc Limak a lancé une co-entreprise avec l’ivoirien Afrikbat : Limak Afrique SA. Cette dernière va investir 50 millions de dollars dans le développement d’un complexe industriel de fabrication de ciment et de béton en Côte d’Ivoire.

Après plus d’un an de prospection en Côte d’Ivoire, le géant industriel turc Limak Group of Companies est parvenu à créer le 5 août en Turquie, une co-entreprise avec l’entreprise ivoirienne Afrikbat SA sous le nom Limak Afrique SA.

L’objectif : monter dans la banlieue d’Abidjan, un complexe industriel composé d’une cimenterie dotée d’une capacité de production annuelle de 1 million de tonnes et une centrale à béton d’une capacité de 1 million de mètres cubes par an, le tout pour un investissement de 50 millions de dollars. La construction de l’usine démarre en septembre et est censée durer 12 mois.

Investir 200 millions de dollars en cinq ans

« Nous prévoyons également d’implanter trois unités industrielles de production de gravier concassé, d’éléments préfabriqués en béton et de briques », a confié à Jeune Afrique, Edoh Jean-Claude Ayanou, le PDG d’Afrikbat SA, qui assurera aussi la direction de la co-entreprise dont le capital est détenu à 51 % par Limak et à 49 % par Afrikbat.

Voir aussi :

La Turquie veut ouvrir une zone industrielle à Addis Abeba

La Turquie accentue son offensive en Afrique francophone

Côte d’Ivoire : le groupe turc Limak veut investir 1,5 milliard d’euros dans le secteur hydroélectrique

Pour aller plus loin :

Côte d’Ivoire : vent de fronde contre Dangote Cement

Tous grisés par l’or gris

Limak Afrique aura également à charge la construction de 3 000 logements sociaux – dont le calendrier de développement n’a pas encore été rendu public – et prévoit d’investir 200 millions de dollars au cours des cinq prochaines années. De fait, la Côte d’Ivoire sera la rampe de lancement des implantations de Limak en Afrique de l’ouest.

Marché concurrentiel

En attendant le démarrage de la cimenterie du milliardaire nigérian Aliko Dangoté, Limak Afrique devient le quatrième acteur du secteur en Côte d’Ivoire, après Ciments de l’Afrique (Cimaf) du marocain Anas Sefrioui, la Société ivoirienne des ciments et matériaux (Socimat) et sa rivale, le groupe Amida, propriétaire de la Société des ciments d’Abidjan (SCA) – une cimenterie à Abidjan – et de la Société des ciments du sud-ouest, qui dispose d’une usine à San-Pédro, la deuxième ville portuaire du pays.

Une situation concurrentielle qui ne semble pas inquiéter Limak Afrique SA . « Il y a de la place pour tout le monde. Les besoins actuels du pays sont estimés à 10 millions de tonnes par an, alors que la capacité de production installée n’atteint pas 5 millions de tonnes », explique Edoh Jean-Claude Ayanou.

Aéroport de San-Pédro

Limak Group of Companies est le troisième plus grand groupe privé en Turquie. Le groupe, qui est à la tête du consortium ayant remporté le marché de la construction et de la gestion du nouvel aéroport d’Istanbul pour un montant record de 29 milliards de dollars, s’intéresse aussi au projet de construction de l’aéroport de San-Pédro.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte