Dossier

Cet article est issu du dossier «Présidentielle au Sénégal : un « coup KO » réussi pour Macky Sall»

Voir tout le sommaire
Elections

Présidentielle au Sénégal : forte affluence à l’ouverture des bureaux de vote

Dans un bureau de vote à Fatick, lors du premier tour du scrutin pour la présidentielle 2019 au Sénégal. © Sylvain Cherkaoui pour Jeune Afrique

Après trois semaines de campagne animée, plus de six millions de Sénégalais sont attendus aux urnes dimanche pour départager le président sortant Macky Sall de ses quatre autres adversaires : Idrissa Seck, Ousmane Sonko, Madické Niang et Issa Sall.

L’affluence était forte à l’ouverture des bureaux de vote dimanche 24 février à 8h à Fatick, où devait voter Macky Sall, en quête d’un second mandat. Les électeurs avaient aussi fait le déplacement à Thiès, considéré comme un fief d’Idrissa Seck.

À Grand-Yoff, bastion du maire déchu de Dakar, Khalifa Sall, dissident du Parti socialiste (PS), écarté de la course en raison d’une condamnation pour détournement de fonds publics, une foule d’électeurs attendaient encore le début du vote peu après 8h.


>>> À LIRE – Présidentielle au Sénégal : opposition cherche second tour


« Je veux rentrer le plus vite possible chez moi », a confié à l’AFP d’une voix nerveuse Fatoumata Sall, 25 ans, drapée dans un grand boubou doré, venue avec une demi-heure d’avance. « J’ai peur des violences le jour de l’élection », a-t-elle expliqué.

Important dispositif de sécurité

Les autorités ont annoncé le déploiement de 8 000 policiers et gendarmes en tenue dans les agglomérations urbaines le jour du vote, ainsi qu’un nombre indéterminé d’agents en civil. Des affrontements ont fait deux morts le 11 février à Tambacounda, à 420 km à l’est de Dakar, entre des partisans de Macky Sall et d’Issa Sall.

Selon le ministère de l’Intérieur, quelque 5 000 observateurs, dont près de 900 de missions étrangères, surveillent le bon déroulement des opérations.

Les premiers résultats sont attendus dès la fermeture des bureaux à 18h, mais ne deviendront officiels qu’à partir du 25 ou du 26 février. Un éventuel second tour, compte tenu des délais légaux de proclamation, de possibles contestations et de la nouvelle campagne, se tiendrait vraisemblablement le 24 mars.

Lire les autres articles du dossier

«Présidentielle au Sénégal : un « coup KO » réussi pour Macky Sall»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte