Archives

Salé récupère sa medersa mérinide

Le « Mois du patrimoine », célébré à partir de ce 18 avril, commence sous de bons auspices pour la ville de Salé, la « petite soeur » de la capitale, Rabat, qui « récupère » officiellement sa medersa mérinide le 19 avril. C’est la date qui a été choisie par le ministère de la Culture pour l’inauguration de cette merveille datant du xive siècle après des années de travaux de restauration décidés après des décennies de laisser-aller.
La medersa mérinide, l’une des plus petites du genre au royaume, a été construite vers 1340 par le roi Abou al-Hassan Ali pour servir de lieu pour le savoir et l’apprentissage. Adossée à la Grande Mosquée, elle a été érigée sur trois niveaux, avec une superficie de près de 180 m2 englobant un extraordinaire patio à ciel ouvert et des cellules pour les étudiants internes. Délaissée pendant des décennies, comme ce sera le cas pour une grande partie du patrimoine national, elle a été réduite à l’état de simple foundouk.

Au début de ce siècle, les services du ministre Achaâri se saisissent du dossier et décident l’ébauche de travaux de restauration pour sauver ce monument de l’oubli et de la dégradation. Demain, les habitants de Salé et les amoureux du patrimoine pourront (re)découvrir la salle de prière de la medersa, sa « koubba », ses inscriptions sur bois, ses peintures, ses frises sculptées et ses légendaires poutres. Il a fallu un travail de longue haleine pour refaire la maçonnerie, le revêtement en zellige, la restauration du plâtre et du bois et surtout des travaux d’étanchéisation pour lutter contre une assassine humidité.
En plus de ces éléments de remise en état qui s’imposaient, la medersa a été reliée aux réseaux électrique et de voirie. Dorénavant, elle est dotée de plomberie, de sanitaires et d’un dispositif pour ne pas être endommagée par les eaux pluviales. Selon le ministère de la Culture, les travaux de restauration donnent une nouvelle vie à la medersa sans pour autant altérer la valeur historique de ce patrimoine. Spécialistes recrutés et matériaux choisis l’ont été dans cette optique.

La restauration a nécessité la mobilisation de 4 millions de dirhams. La réouverture de la medersa coïncide avec la fête du Mouled, qui revêt une place spéciale à Salé avec ses processions de cierges et ses multiples marabouts.
Cette inauguration sera suivie durant tout un mois par d’autres événements programmés par le ministère de la Culture autour du patrimoine. Il s’agira notamment d’une exposition de photos sur le patrimoine culturel de Tata et la présentation de l’étude « Habiter le patrimoine » à travers l’exemple des trois médinas de Fès, Essaouira et Marrakech.
Selon le ministère de la Culture, l’Inventaire national du Maroc recense 7 749 monuments et sites historiques.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte