Diplomatie

Soudan : la répression menace les efforts pour retirer le pays de la liste noire, prévient Washington

Cyril Sartor, directeur Afrique du Conseil national de sécurité des États-Unis lors d'un entretien avec l'AFP à Khartoum (Soudan), le 20 février 2019. © © AFP / ASHRAF SHAZLY

Un haut responsable américain a prévenu mercredi que l'usage de la « violence excessive » par les forces de sécurité soudanaises pour réprimer les manifestations antigouvernementales était inacceptable et pourrait menacer les discussions pour retirer le Soudan de la liste américaine des « États soutenant le terrorisme ».

« Il est absolument inacceptable pour les forces de sécurité de faire usage d’une force excessive pour réprimer les manifestants, ainsi que les détentions sans charges, tout comme l’usage de la brutalité et la torture », a affirmé à l’AFP Cyril Sartor, directeur Afrique au Conseil national de sécurité américain, en visite à Khartoum.

En plein marasme économique, le Soudan est le théâtre depuis deux mois de manifestations quasi quotidiennes déclenchées par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain. La contestation s’est vite transformé en un mouvement réclamant la « chute » du président Omar el-Béchir. Les services de sécurité emploient la force pour disperser les rassemblements.

Plusieurs morts

Selon un bilan officiel, 31 personnes sont mortes depuis le 19 décembre. L’ONG Human Rights Watch (HRW) évoque le chiffre de 51 morts, dont des enfants et des personnels médicaux.

« Il va sans dire qu’il n’y a pas de raison pour que qui que ce soit soit tué », a aussi jugé mercredi le responsable américain dans ses déclarations à l’AFP.

La reprise des relations bilatérales menacée 

« Le processus de négociation entre les États-Unis et le gouvernement du Soudan, qui pourrait éventuellement conduire au retrait de la désignation du Soudan en tant qu’Etat soutenant le terrorisme est actuellement menacé par les développements en cours dans le pays », a-t-il averti.

Les États-Unis ont peu à peu repris leurs relations diplomatiques avec le Soudan après des décennies de tensions. Khartoum avait notamment accueilli Oussama ben Laden dans les années 1990.

Le gouvernement de Donald Trump a décidé en 2017 de lever certaines sanctions imposées au Soudan depuis 1997. Les États-Unis ont en revanche maintenu le Soudan dans leur liste des Etats soutenant « le terrorisme », et prévenu qu’ils ne l’en ôteraient qu’en cas de nouveaux progrès.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte