Politique

Côte d’Ivoire : à Paris, deux pro-Gbagbo interpellés pour avoir tenté de voler une valise de l’ambassade

Un partisan de Laurent Gbagbo, lors d'une manifestation à Paris en 2011 (image d'illustration). © Thibault Camus/AP/SIPA

Deux partisans de Laurent Gbagbo ont été interpellés, dimanche, devant la résidence parisienne d'Alassane Ouatara. Ils sont accusés d'avoir agressé des agents de l'ambassade de Côte d'Ivoire en France et tenté de voler une valise.

Les faits se sont déroulés ce dimanche. Vers 18 h 30, trois individus se présentent devant un immeuble du XVIe arrondissement, abritant la résidence parisienne d’Alassane Ouattara. L’une, Naomie Tiédé – bien connue dans le milieu des « patriotes » pro-Gbagbo -, sort son smartphone et lance un live vidéo sur Facebook, alors que des fonctionnaires de l’ambassade de Côte d’Ivoire à Paris s’affairent à charger des valises dans un véhicule. Les mots hostiles à l’endroit d’Alassane Ouattara et de son épouse Dominique fusent, certains grossiers.

Course-poursuite et agression

Soudain, les choses dégénèrent : l’un des trois activistes se jette sur un membre du protocole et tente de lui arracher la valise qu’il transporte. « C’est notre argent ! », entend-t-on crier sur la vidéo. La valise  – qui contenait des vêtements, à en croire un membre de la délégation présidentielle – est violemment arrachée.

S’en suit une course-poursuite en pleine rue. Le fuyard est finalement rattrapé par deux agents, et la valise lui est reprise des mains.

Mais l’homme n’en démord pas. Il tente de reprendre la valise, avec violence, cette fois. « L’homme agressé par l’activiste est le chef du protocole de l’ambassade. Il a eu une triple fracture de la rotule du genou », affirme une source au sein du service de communication de l’ambassade.

Arrivée sur les lieux, des policiers ont procédé à l’interpellation de l’agresseur et de celle a filmé l’agression. Le troisième membre du groupe présent au moment des faits a pour sa part pris la fuite. Les deux activistes ont été placés en garde à vue et ont passé la nuit au commissariat, avant d’être entendus pour des faits d’agression et de tentative de vol.

Le chef de l’État ivoirien, en visite en France depuis quelques jours, a été reçu vendredi en audience par le président français Emmanuel Macron. Alassane Ouattara et son épouse n’étaient pas présents au moment de l’incident. Ils étaient dans leur résidence familiale de Mougins, dans le sud-est de la France, où ils comptent passer quelque temps avant de retourner en Côte d’Ivoire.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte