Défense

Libye : les travailleurs tunisiens enlevés retrouvent la liberté

Un militaire libyen à Sirte, en février 2015. Photo prise par Mohamed Ben Khalifa, qui a été tué le 19 janvier 2019. © Mohamed Ben Khalifa/AP/SIPA

14 Tunisiens avaient été pris en otage alors qu'ils se rendaient en bus à la raffinerie de pétrole dans laquelle ils travaillent. Ils ont été libérés par les forces de sécurité libyennes. Ce n'est pas la première fois que des Tunisiens sont pris pour cible en Libye.

Le consul général de la Tunisie en Libye, Taoufik al-Guesmi, a annoncé la libération dimanche 17 février dans la soirée, des quatorze Tunisiens enlevés jeudi dans la ville de Zawiya, dans l’ouest de la Libye. Le consul a aussi précisé que les travailleurs tunisiens étaient en bonne santé.

Les forces de sécurité ont « pris d’assaut le lieu de leur détention et ont pu les libérer sans combats. Aucune victime n’est à déplorer », a déclaré Thamer Mounir chef de la section média à la direction de la sécurité de Zawiya, ville à cinquante kilomètres à l’ouest de la capitale Tripoli.


>>> À LIRE – Libye : enlèvement de 14 Tunisiens travaillant dans une raffinerie


Mounir n’a pas été en mesure de préciser si des arrestations ont eu lieu. Le consul de Tunisie n’a lui donné aucun détail sur les conditions de la libération des quatorze otages. Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères tunisien a exprimé sa satisfaction après la libération des otages « par les autorités libyennes ».

Plutôt dans la journée, les ravisseurs avaient réclamé la libération d’un Libyen condamné à une lourde peine de prison en Tunisie pour trafic de drogue, selon une vidéo publiée sur les réseaux sociaux et une source proche du dossier. Les quatorze otages tunisiens avaient été enlevés alors qu’ils se rendaient en bus à la raffinerie de pétrole dans laquelle ils travaillent.

Des incidents récurrents

Un proche du dossier, Mustapha Abdelkebir, président de l’Observatoire des droits de l’Homme, une ONG tunisienne, s’est félicité que la libération des otages dimanche ait été obtenue « sans céder au chantage », c’est-à-dire sans la libération du Libyen réclamé.

Si ce type d’incident est récurrent, il s’agit de la plus importante prise d’otages depuis l’enlèvement, le 12 juin 2015, de dix agents consulaires tunisiens par une milice armée qui voulait arracher la libération d’un de ses chefs détenu en Tunisie dans le cadre d’une enquête pour « terrorisme ». Les Tunisiens avaient été libérés au bout de quelques jours et le chef en question avait été expulsé vers Tripoli.

Peuplée de 200 000 habitants, la ville de Zawiya est contrôlée par des groupes armés locaux, dont certains sont actifs dans des trafics comme l’immigration clandestine et la contrebande de carburant. Depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011, de nombreuses milices et deux autorités se disputent le pouvoir en Libye.

Les enlèvements sont monnaie courante: des migrants, des travailleurs étrangers mais aussi des Libyens sont régulièrement enlevés et détenus par des groupes armés exigeant des rançons. Le nombre de Tunisiens travaillant dans ce pays voisin a beaucoup chuté ces dernières années.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte