Sécurité

Tunisie : sept arrestations lors de troubles après le décès d’un homme interpellé

Un policier tunisien, le 20 mars 2015 à Tunis. © Christophe Ena/AP/SIPA

Sept personnes ont été arrêtées dans la nuit de samedi à dimanche dans le centre-est de la Tunisie, dans le cadre de troubles en réaction au décès d'un vacancier tunisien lors de son interpellation par la police, a-t-on appris de source judiciaire.

Ce Tunisien de 32 ans, qui travaillait à l’étranger, avait été interpellé vendredi soir dans un « état hystérique » sur la voie publique, dans les environs de Barraket Essahel, près de Hammamet, où il passait des vacances, a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Il s’est évanoui avant son arrivée au commissariat, et les secours appelés par la police n’ont pas pu le réanimer, a affirmé le ministère, ajoutant qu’une enquête était en cours sur les circonstances de sa mort.

Les policiers accusés d’être responsables de sa mort

Les deux policiers qui avaient interpellé le jeune homme ont été placés en garde à vue samedi, ainsi que deux autres Tunisiens présents lors de l’interpellation, précise encore le ministère. Une autopsie est en cours.


>>> À LIRE – Tunisie : sept ans après la révolution, les tortures policières restent taboues


De premiers troubles ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi Barraket Essahel. Samedi soir, accusant les policiers d’être responsables de ce décès, des habitants ont jeté des cocktails molotov et des pierres sur les forces de l’ordre, toujours d’après le ministère de l’Intérieur. Des renforts ont été envoyés sur place, a-t-il ajouté.

Sept personnes soupçonnées d’avoir participé aux troubles dans la nuit de samedi à dimanche ont été placées en garde à vue, a indiqué dimanche le tribunal de Grombalia, chargé de l’enquête.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte