Politique

Nigeria : le report de la présidentielle pourrait coûter de « 9 à 10 milliards de dollars »

Le président nigérian Muhammadu Buhari lors d'une manifestation à Lagos, au Nigeria, le 9 février 2019. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Les Nigérians étaient toujours dimanche abasourdis, au lendemain de l'annonce surprise du report de la présidentielle, à quelques heures du scrutin, un report dont le coût est estimé à plusieurs milliards de dollars par des économistes.

Les rues de Lagos, capitale économique de l’Afrique de l’Ouest aux vingt millions d’habitants, étaient encore vides, dimanche 17 février au matin, après la déception et la colère provoquées par le report in extremis d’une semaine des scrutins présidentiel, législatifs et sénatoriaux.

Les deux principaux candidats, le président sortant Muhammadu Buhari et son adversaire majeur, Abubakar Atiku, avaient appelé samedi leurs partisans au calme.

Mais dans un pays rongé par le chômage et l’extrême pauvreté, où chaque déplacement est un sacrifice financier pour beaucoup, des dizaines de milliers de personnes avaient quitté les villes où ils vivent, dans la perspective du scrutin, pour se rendre dans leur région d’origine où ils sont inscrits sur les listes électorales.

Sur les réseaux sociaux, des collectes étaient organisées pour aider les petits cuisiniers de rue, qui avaient prévu de vendre des denrées périssables dans les files d’attente des électeurs.

Les aéroports et le port de Lagos fermés

Une goutte d’eau pour venir en aide aux dizaines de millions de personnes qui vivent avec moins d’1,9 dollar par jour (seuil de l’extrême pauvreté), mais qui témoigne d’une entraide assez inhabituelle au Nigeria.

La plupart des entreprises, mais aussi le port de Lagos, point d’entrée dans ce pays de 190 millions d’habitants, première économie d’Afrique, avaient fermé dès vendredi pour permettre aux employés de pouvoir quitter les centres urbains avant le couvre-feu électoral, samedi dans la journée.

Les aéroports et les frontières terrestres avaient également été fermées. « Le coût de ce report est inimaginable. L’économie était au ralenti vendredi, et complètement paralysée samedi », a écrit le directeur de la Chambre de Commerce de Lagos, Muda Yusuf, qui estime les pertes financières à 1,5 milliard de dollars.

Mais « ce qui nous coûtera le plus cher, ce sera ce qui pèse sur notre réputation », note de son côté l’économiste nigérian Bismark Rewane. « La confiance des investisseurs a été érodée ». Il estime que sur le long terme, et en comptant les coûts indirect, ce report pourrait peser environ 2 points du PIB, soit « 9 à 10 milliards de dollars ».

La commission électorale s’est réunie en urgence en fin de soirée vendredi, et annoncé le report du scrutin au 23 février quelques heures avant l’ouverture des bureaux de vote. Elle n’a donné aucune précision sur les problèmes logistiques invoqués pour le report.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte