Elections

Nigeria : le président de la commission électorale assume « la totale responsabilité » du report

Les affiches de la campagne du président nigérian Muhammadu Buhari, et d'Atiku Abubakar, dans une rue de Lagos, au Nigeria.

Les affiches de la campagne du président nigérian Muhammadu Buhari, et d'Atiku Abubakar, dans une rue de Lagos, au Nigeria. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Le président de la Commission électorale indépendante du Nigeria (INEC) a déclaré assumer la « totale responsabilité » du report de l’élection présidentielle de samedi, niant toute « interférence politique ».

« Cela n’a rien à voir avec des problèmes de sécurité, d’interférence politique ou de manque de moyens », a déclaré Mahmood Yakubu, président de l’INEC lors d’une réunion retransmise en direct sur une télévision locale.

Il a ajouté qu’il assumait la « totale responsabilité » du retard logistique pris sur la préparation des élections, alors que les deux principaux partis en lice – le Congrès des Progressistes (APC, au pouvoir) et le Parti Populaire Démocratique (PDP) – s’accusent mutuellement de « sabotage ».

« Je suis certain qu’au final, cette décision très douloureuse va dans l’interêt de notre pays et de notre démocratie », a souligné M. Yakubu.

Des problèmes logistiques

A quelques heures seulement de l’ouverture du scrutin prévu ce samedi, l’INEC a annoncé le report de la présidentielle, faisant état de problèmes logistiques après une réunion d’urgence en pleine nuit. Les élections présidentielle et législatives sont désormais fixées au 23 février, selon l’INEC.

Près de 84 millions d’électeurs – soit une hausse de 18% par rapport à 2015 – étaient attendus dans les 120 000 bureaux de vote dans le pays qui devaient ouvrir dès 7h du matin. Autre enjeu de ce vote, les 360 sièges de la Chambre des représentants et les 109 du Sénat devaient être également renouvelés.

Nous devons faire face à des défis plus importants que n’importe quel autre pays au monde

Selon Mahmood Yakubu, les problèmes de logistique étaient « énormes » dans ce pays de 190 millions d’habitants, qui manque cruellement d’infrastructures et où l’électricité reste sporadique, voire inexistante dans de nombreuses régions.


>>> À LIRE  – Nigeria : plusieurs bureaux de la commission électorale incendiés à travers le pays


« Nous devons faire face à des défis plus importants que n’importe quel autre pays au monde », a-t-il affirmé.

L’INEC a déployé près d’un million d’agents à travers le pays, imprimé 421 millions de bulletins de vote, et près de 23 000 candidats s’étaient présentés aux différents scrutin.

Enfin, Yakubu a regretté « la mauvaise météo » (des nuages de poussières causés par le vent de l’Harmattan), qui a retardé de nombreux vols cette semaine empêchant le matériel électoral d’être livré à travers le pays, et qui a finalement été acheminé en empruntant des routes en très mauvais état.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte