Football

Football : cinq choses à savoir sur Mbaye Diagne, le meilleur buteur d’Europe

Mabye Diagne © Youtube (capture d’écran)

Le Sénégalais Mbaye Diagne (27 ans), qui vient de s’engager pour le Galatasaray Istanbul, est le meilleur buteur tous championnats européens, à égalité avec un certain Lionel Messi (21 buts). Mais son parcours a souvent emprunté des chemins sinueux.

  • Une école de foot à Dakar

Né dans la capitale sénégalaise en octobre 1991, Mbaye Diagne a commencé à jouer dans la rue, comme une majorité de jeunes Africains. Il a ensuite intégré l’École de foot ouverte par Mbaye Fall, un ancien joueur du Jaraaf, un des meilleurs clubs sénégalais, dans le quartier de HLM 5. Mbaye Diagne, qui n’a jamais joué au niveau professionnel dans son pays, n’avait guère de chances d’être appelé en sélection nationale dans les catégories de jeunes, ce qui constitue encore aujourd’hui un de ses principaux regrets.

  • L’Italie à 16 ans, la Juventus à 22 ans

Encore adolescent, l’attaquant s’exile en Europe, et plus précisément en Italie, où vit son père. Mais pour des questions de législation, Diagne, faute de carte de résident, ne peut signer de licence que dans un club amateur, l’ASD Brandizzo, dans la banlieue de Turin. Le nombre de buts qu’ils inscrits – 40 – attire l’attention d’un autre club piémontais, l’AC Bra, en Série C (Division 3), où il signe un contrat semi-professionnel. Ses 23 buts décident la Juventus Turin à verser 30 000 € pour l’acquérir. Mais il ne jouera jamais pour la Vieille Dame, qui le prête à de nombreux clubs.

  • Le grand voyage

Son périple commence à l’AC Ajaccio où, pour des raisons administratives, il ne peut pas jouer de matches officiels. De retour à Turin au bout de six mois, Diagne est prêté à Lierse, en Belgique, où il marque 7 buts en onze matches, puis à Al-Shabab, en  Arabie Saoudite, où l’expérience est nettement moins concluante.

Puis, après un nouveau passage en Belgique (Westerlo), la Juve l’expédie à Ujpest (Hongrie), où il retrouve son efficacité (11 buts). Les Turinois, qui veulent se séparer du Sénégalais, pensent alors conclure un deal avec le Sporting Lisbonne, à hauteur de 1,5 million d’euros. Jusqu’à ce les Chinois de Tianjing TEDA proposent un contrat beaucoup plus rémunérateur à Diagne. En une saison en Chine, il marque 16 buts et décide de revenir en Europe.

  • Kasimpasa, le grand déclic

En janvier 2018, Diagne s’engage avec Kasimpasa, un modeste club turc, basé à Istanbul. En six mois, il marque à douze reprises. Puis, lors de la saison 2018-2018, il se hisse au sommet de la pyramide des meilleurs buteurs européens en trouvant le chemin des filets vingt fois en dix-sept matches. Assez pour convaincre le prestigieux et fortuné Galatasaray Istanbul d’accepter l’indemnité de transfert de 12 millions d’euros exigée par son voisin, un des plus importantes réalisées lors du mercato hivernal 2019, alors que les Français de Lille et Nice étaient venus aux renseignements. Sans quitter les rives du Bosphore, le Sénégalais, qui a signé un contrat de quatre ans et demi, voit son statut s’améliorer et ses revenus exploser : il touche  désormais 2,7 millions d’euros par saison, hors primes.

  • S’imposer en sélection

Aliou Cissé, le sélectionneur des Lions de la Teranga, a convoqué pour la première fois l’attaquant lors du match face à Madagascar disputé le 9 septembre 2018 à Antananarivo, en qualifications pour la CAN 2019 (2-2). Il a ajouté deux autres sélections à son CV, sans pour autant inscrire son premier but avec son pays. Si tout va bien, Diagne sera de nouveau dans la liste de Cissé le 23 mars prochain, pour le match retour contre les Malgaches, eux aussi qualifiés pour la CAN 2019. La première grande compétition pour le très prolifique attaquant…

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte