Affiches électorales dans une rue d’Abuja, à la veille de la présidentielle du 16 février 2019. © Ben Curtis/AP/SIPA

Cet article est issu du dossier

Présidentielle au Nigeria : Buhari réélu, Abubakar rejette les résultats

Voir tout le sommaire
Économie

Présidentielle au Nigeria : surenchère entre Buhari et Abubakar dans la bataille contre la corruption

La lutte contre la corruption est au cœur du débat de la présidentielle du 16 février prochain. L’actuel président Muhammadu Buhari s’y était engagé sans remporter de larges victoires. S’il promet de renouveler la bataille, son principal challenger Atiku Abubakar a annoncé qu’il ferait mieux.

Réservé aux abonnés
Par - envoyé spécial à Abuja
Mis à jour le 12 novembre 2019 à 16:49

Muhammadu Buhari, à gauche, et Atiku Abubakar, à Lagos, en octobre 2014. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Sur le champ de bataille contre la corruption au Nigeria s’affrontent deux septuagénaires au style de vie opposé : Muhammadu Buhari, le président actuel, 76 ans, connu pour sa sobriété et son intégrité et Atiku Abubakar, le candidat de l’opposition âgé de 72 ans, ancien vice-président, l’un des plus riches du pays et réputé pour son goût du lucre. Et chacun des deux candidats à la l’élection présidentielle du 16 février prochain tente de faire mieux que son concurrent sur cette thématique.