Économie

Le nigérian Tony Elumelu de retour à UBA

Tony Elumelu a été nommé le 25 août président du conseil d’administration de United Bank for Africa. L’homme d’affaires nigérian connaît bien le groupe bancaire, qu’il a largement contribué à faire naître et prospérer en tant que directeur général pendant treize ans, jusqu’en 2010.

Mis à jour le 25 août 2014 à 16:51

Tony Elumelu est l’apôtre de ce qu’il appelle ‘l’africapitalisme’. © Harold Daniels/Forbes Africa

Quatre ans après son départ du poste de directeur général de United Bank for Africa (UBA), Tony Elumelu y revient en tant que président. Le groupe bancaire nigérian a annoncé le 25 août sa nomination par le conseil d’administration. L’homme d’affaires nigérian revient ainsi à ses premiers amours : c’est en effet sous son pilotage, en tant que directeur général, que UBA avait pris sa forme actuelle, en menant plusieurs opérations d’acquisitions au Nigeria entre 2005 et 2008, puis en se déployant rapidement dans de nombreux pays africains.

—————-> Lire le portrait de Tony Elumelu ici   <————-

Départ forcé

Son départ du poste de directeur général n’avait rien de choisi, résultant uniquement d’une décision de la Banque centrale du Nigeria limitant à dix ans les mandats des directeurs généraux de banque. L’autorité monétaire et bancaire tentait alors d’endiguer une crise bancaire profonde au Nigeria.

Acceptant sa démission forcée, Tony Elumelu avait alors réagi, dans une interview accordée au quotidien This Day : « Jack Welch a été PDG de General Electric pendant vingt ans. Warren Buffet est à la tête de Berkshire Hathaway depuis 1965. Il est important d’examiner les réalisations, en particulier si elles sont durables, et non le temps de service. Cela étant dit, je ne pense pas qu’il soit sain pour qui que ce soit de chercher à rester à quelque poste que ce soit pour toujours. »

« La performance de Tony Elumelu en matière de résultats à UBA parle d’elle même », a déclaré Phillips Oduoza, directeur général du groupe nigérian

Après son départ de UBA, Tony Elumelu s’était concentré sur le développement de Heirs Holding, son groupe personnel qui a racheté en 2011 puis relancé le conglomérat Transcorp. Heirs est actif dans l’immobilier, l’hôtellerie, l’électricité, le pétrole et les services financiers, en tant qu’actionnaire stratégique de UBA.

Il a également créé la fondation Tony Elumelu, apôtre de l’africapitalisme et de l’aide à l’entrepreneuriat.

Consolidation

Au poste de président du conseil d’administration de UBA, Tony Elumelu succède à Joe Keshi, un diplomate qui ne sera resté à cette position que quelques mois. « La performance de Tony Elumelu en matière de résultats à UBA parle d’elle même. Son retour au conseil d’administration apporte une connaissance approfondie et une expérience inégalée de l’industrie des services financiersa fricains. C’est un privilège de le voir diriger le Conseil à ce stade critique de notre développement », a déclaré Phillips Oduoza, directeur général du groupe UBA.

Après une très délicate année 2011, marquée par des pertes importantes, le groupe bancaire nigérian a renoué en 2012 et 2013 avec la croissance. Son produit net bancaire a atteint 780 millions d’euros en 2013 pour environ 250 millions d’euros de profits avant impôts. UBA est présent dans 18 pays africains (hors Nigeria) qui représente 20,4% des revenus et 19,5% des actifs. En septembre 2013, le groupe a annoncé le lancement du « projet Alpha », une feuille de route de trois ans dont l’objectif est de consolider le positionnement stratégique du groupe et de profiter pleinement des possibilités de développement économique de l’Afrique.