Politique

Gabon : Rose Christiane Ossouka Raponda, de la mairie de Libreville au ministère de la Défense

La nouvelle ministre de la Défense, Rose Christiane Ossouka Raponda, lors de sa prestation de serment. © Présidence de la République Gabonaise

Propulsée au ministère de la Défense à la suite d'un mini remaniement, le 30 janvier, Rose Christiane Ossouka Raponda prête serment aujourd'hui à Rabat, où le président Ali Bongo Ondimba poursuit sa convalescence. Une nomination qui consacre la montée en puissance de l'ancienne mairesse de Libreville.

Après cinq années à la mairie de Libreville, Rose Christiane Ossouka Raponda entre officiellement en fonction mardi 12 février. La nouvelle ministre de la Défense prête serment devant le président Ali Bongo Ondimba à Rabat, ce mardi. Installée à la suite du mini-remaniement du 30 janvier, l’ex-édile de la capitale gabonaise entre au gouvernement à la faveur d’une mise à l’écart d’Étienne Massard Kabinga Makaga, qui occupait le poste depuis 2016.

Ce départ d’un des fidèles du président Ali Bongo Ondimba a surpris, mais le désormais ex-ministre avait notamment vu sa position fragilisée par la mutinerie avortée de quelques soldats de la Garde républicaine, le 7 janvier 2018.

Contesté par une grande partie de l’establishment militaire il a donc été poussé vers la sortie à l’heure où la lutte des clans se poursuit dans l’entourage d’Ali Bongo Ondimba, depuis son hospitalisation en octobre.

La nouvelle ministre bénéficie, elle, du soutien de la très influente présidente de la Cour constitutionnelle Marie-Madeleine Mborantsuo. Son nom était d’ailleurs revenu avec insistance pour succéder à Emmanuel Issoze Ngondet, que l’on annonçait partant et qui a, finalement, été remplacé par Julien Nkoghe Bekalé.

Ex-ministre du budget

À 55 ans, Rose Christiane Ossouka Raponda prend donc les rênes de la Défense, elle qui présente un profil avec plus d’expérience dans le domaine de la finance et de l’économie.

Titulaire d’un diplôme en économie, option finances publiques de l’institut gabonais de l’économie et des finances elle a été directrice générale de l’économie et directrice générale adjointe de la Banque de l’habitat du Gabon.

Nommée ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique en février 2012, elle servira deux ans dans le gouvernement dirigé de l’ancien Premier ministre gabonais Raymond Ndong Sima.

Conseillère municipale dans le 3ème arrondissement de Libreville – le même que la mère d’Ali Bongo Ondimba, Patience Dabany, dont on la dit proche -, Rose Christiane Ossouka Raponda devient, le 7 février 2014, la première femme à diriger la mairie de la capitale gabonaise après les élections municipale. Le poste se révèle extrêmement délicat, la mairie Libreville étant notamment confrontée à des problèmes chroniques de gestion des déchets.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte