Elections

Algérie : le FLN se choisit Bouteflika comme candidat à cinquième mandat

Abdelaziz Bouteflika, le 9 avril 2018 à Alger. © REUTERS/Ramzi Boudina

Le Front de libération nationale « présente comme candidat à la prochaine élection présidentielle Abdelaziz Bouteflika », a annoncé Moad Bouchareb lors d'un meeting à Alger. Âgé de 81 ans, le chef de l'Etat algérien n'a pour le moment pas officialisé sa candidature à un cinquième mandat.

Le FLN (Front de libération nationale) a exhorté ce samedi 9 février le président Abdelaziz Bouteflika à briguer un cinquième mandat. Lors d’un meeting organisé à la Coupole-du-5 juillet, sur les hauteurs d’Alger, Moad Bouchareb, coordinateur provisoire du parti, qui est également président de l’Assemblée nationale, a annoncé que le FLN a choisi Abdelaziz Bouteflika comme son candidat à l’élection présidentielle du 18 avril.

Le FLN présente comme candidat à la prochaine présidentielle le moudjahid Abdelaziz Bouteflika

« En votre nom, et par devoir de gratitude, je suis honoré d’annoncer que le FLN présente comme candidat à la prochaine élection présidentielle le moudjahid Abdelaziz Bouteflika », a-t-il déclaré en présence de ministres, de députés et de cadres du parti dont Bouteflika assure la présidence.

Des milliers de personnes présentes

L’ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, pressenti comme futur directeur de campagne du probable candidat Bouteflika, comme ce fut le cas en 2004, 2009 et 2014, était également présent à ce rassemblement qui a drainé des milliers de militants, spectateurs et curieux.

Certains ont été acheminés depuis plusieurs régions du pays. Des enfants en bas âge, des adolescents ainsi que des femmes au foyer ont ainsi fait le voyage de nuit pour assister à ce meeting. Plusieurs personnes rencontrées à la Coupole-du-5 juillet affirmaient avoir été invitées initialement à une excursion dans la capitale, tandis que d’autres ont raconté avoir été conviées à participer à un colloque sur le cancer.


>>> A LIRE – Algérie : et si Abdelaziz Bouteflika renonçait à se présenter ?


Au pouvoir depuis avril 1999, le président algérien n’a pas encore annoncé officiellement son intention de se porter ou non candidat à un cinquième mandat.

Âgé de 81 ans, le chef de l’État souffre de graves séquelles liées à un accident vasculaire cérébral dont il a été victime le 27 avril 2013.

Reclus dans sa résidence médicalisée de Zéralda (littoral Ouest d’Alger), peu mobile, Abdelaziz Bouteflika ne s’est plus adressé directement aux Algériens depuis mai 2012.

Son état de santé l’empêche régulièrement de recevoir ses hôtes étrangers et ses rares déplacements hors d’Algérie relèvent de l’impératif médical.

Quelle forme pour l’éventuelle annonce officielle ?

Sauf imprévu, il faudra encore attendre la deuxième quinzaine du mois de février avant que le président ne fasse officiellement l’annonce de son intention de se porter candidat ou pas à sa propre succession.

Lors de la présidentielle d’avril 2014, la candidature officielle d’Abdelaziz Bouteflika à un quatrième mandat avait été annoncée le 22 février par le Premier ministre Sellal, lors d’un déplacement à Oran. Alors qu’il était encore dans l’avion qui l’emmenait dans cette ville de l’ouest, Sellal avait reçu un coup de fil de Saïd Bouteflika, frère et conseiller du chef de l’État, lui demandant de faire cette annonce officielle.


>>> A LIRE – Algérie : le secrétaire général du FLN annonce que Bouteflika sera son candidat en 2019


On ne sait pas quelle forme pourrait prendre l’annonce pour ce scrutin, mais il est peu probable que le président sortant dévoile ses intentions dans les jours à venir. À Alger, l’incertitude la plus totale entoure l’avenir du chef de l’État. On en vient à scruter les déclarations des responsables proches du cercle présidentiel pour tenter de percer le mystère qui entoure le patient de Zéralda.

De nombreux partis et organisations en faveur d’un 5e mandat

Au mois de décembre dernier, l’option du report des élections pour permettre à Abdelaziz Bouteflika de se maintenir au pouvoir a été mise sur la table par des membres du cercle présidentiel, avant d’être écartée. Que cette option ait été mise en avant indique que le chef de l’État ainsi que ses proches ont envisagé l’hypothèse de ne pas aller vers un cinquième mandat.


>>> A LIRE – Présidentielle en Algérie : comment le report du scrutin a fait pschitt


En dépit de la santé défaillante du président, plusieurs partis et organisations l’exhortent à postuler pour un nouveau mandat. Samedi 2 février, quatre partis de l’alliance présidentielle, constituée du FLN, RND, MPA et TAJ, ont annoncé l’avoir adoubé comme leur candidat.

D’autres organisations, comme le syndicat UGTA, proche du pouvoir, l’organisation patronale FCE, tout aussi proche du cercle présidentiel, ainsi que les zaouïas (confréries religieuses) ont fait part de leur soutien sans conditions à une nouvelle candidature de Bouteflika.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte