Diplomatie
Lors de la rencontre des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’UA, précédent le 32e sommet des Chefs d’Etat africains, le 9 février à Addis-Abeba. © DR / Union africaine

Cet article est issu du dossier

Union africaine : les enjeux du 32e sommet des chefs d’État

Voir tout le sommaire
Société

Sommet de l’UA : l’Afrique du Nord absente des discussions sur les migrations

Une table ronde organisée en marge du 32e sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba s’est tenue sans aucun représentant de pays d’Afrique du Nord. La Libye, seul pays invité, n’a pas été représentée.

Réservé aux abonnés
Par - Envoyé spécial à Addis-Abeba
Mis à jour le 9 février 2019 à 10:34

A bord d’un navire de l’ONG Open Arms ayant secouru des migrants au large de la Libye, en août 2018. © Valerio Nicolosi/AP/SIPA

En marge du 32e sommet de l’Union africaine, la commission de l’Union africaine, l’African Risk Capacity (ARC), la Banque de développement africaine et la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique ont organisé une table ronde consacrée aux problèmes migratoires sur le continent. La Libye a été le seul pays d’Afrique du Nord invité, mais n’a pas participé aux débats.

Aurélien Agbénonci dénonce « l’abstraction » des discours

C’est l’ancienne ministre nigériane des Finances, Ngozi Okonjo-Iweala, responsable de l’ARC, qui a animé les débats.

Elle a rappelé les principales causes de la migration sur le continent africain, que sont les conflits, les désastres naturels et l’insécurité alimentaire. Plusieurs ministres africains ont assisté à la table ronde.


>>> A LIRE – « Cachez ces migrants que nous ne saurions voir… »


Parmi les orateurs, le ministre béninois des Affaires étrangères, Aurélien Agbénonci, a fait une intervention remarquée, critiquant « l’abstraction » des discours sur les problèmes migratoires et appelant à investir beaucoup plus dans la prévention plutôt que dans la gestion.

Seul pays d’Afrique du nord invité, la Libye n’est pas venue

La représentante guinéenne à l’ONU Sidibé Fatoumata Kaba, et la ministre conseiller à la présidence sénégalaise Ndioro Ndiaye ont également pris la parole.

La Libye, particulièrement exposée aux phénomènes migratoires et à la problématique des déplacés internes, est le seul pays d’Afrique du Nord à avoir été invité à la table ronde. Pour autant, aucun représentant libyen ne s’y est rendu.