Politique

Côte d’Ivoire : le dernier jour de Guillaume Soro à la tête de l’Assemblée nationale

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, au palais présidentiel à Abidjan, en mars 2012. © Emanuel Ekra/AP/SIPA

Quels proches Guillaume Soro a-t-il reçu le 8 février avant de rejoindre l'Assemblée nationale pour y annoncer officiellement sa démission ? Quels députés étaient présents à son discours ? Que leur a-t-il dit ? Retour sur les dernières heures de Guillaume Soro en tant que président de l'Assemblée nationale.

Le président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro a officiellement quitté ses fonctions le 8 février, au cours d’une session parlementaire extraordinaire convoquée en urgence. Très tôt le matin, l’ancien chef rebelle, qui venait de se réveiller à sa résidence privée de Marcory Résidentiel, dans le sud d’Abidjan, a apporté une dernière touche à son allocution rédigée la veille.

Après la validation de ses proches, Guillaume Soro a pris le chemin de l’Assemblée nationale située dans le quartier du Plateau, qu’il a rallié avec son cortège en moins de 20 minutes. Depuis l’adoption de la nouvelle Constitution fin 2016, Guillaume Soro n’intègre plus de motards dans ses déplacements.

Réunion avec ses proches

Une fois parvenu à l’Assemblée nationale, il s’est installé dans ses bureaux situé au rez-de-chaussée et a reçu pêle-mêle Affoussiata Bamba-Lamine, sa conseillère spéciale, et Dao Bakary, son fidèle directeur de cabinet.

Mamadou Diawara, premier vice-président du Parlement pour le compte du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP du président Alassane Ouattara), et Maurice Kakou Guikahué, le président du groupe parlementaire du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), sont passés à tour de rôle dans le bureau de Guillaume Soro, à sa demande. Objectif : informer par principe ses interlocuteurs de sa décision de démissionner.


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : le départ de Guillaume Soro rebat les cartes pour 2020


245 députés présents

Après ses séances de travail et audiences très brèves, le président de l’Assemblée nationale a rejoint le perchoir, où 245 députés étaient présents sur les 252 qui siègent. Le quorum de 127 étant atteint, Guillaume Soro a expliqué les motivations de sa démission, puis demandé aux députés des observations sur l’ordre du jour.

Après son allocution qui a duré à peine cinq minutes, Guillaume Soro a quitté le Parlement, sans marcher sur le tapis rouge

Konaté Vassiriki, le député de Séguelon (Nord), et Marius Konan, de Attiégouakro, près de Yamoussoukro (Centre), ont posé des exceptions par rapport à la Constitution. Guillaume Soro a demandé de la patience, en promettant de répondre aux préoccupations soulevées par ses collègues.

Après son allocution qui a duré à peine cinq minutes, Guillaume Soro a quitté le Parlement, sans marcher sur le tapis rouge.

Il s’est ensuite mis au volant d’un véhicule utilitaire de marque Fiat 500C, en rouge et blanc, afin de regagner son domicile où était organisé un repas avec ses proches. Plusieurs parlementaires du RHDP et du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (Raci) de Kanigui Soro l’y ont rejoint.

Félicitions de Bédié

Henri Konan Bédié, le président du parti d’opposition PDCI, a dépêché Maurice Kakou Guikahué, son secrétaire exécutif, afin de porter un message de félicitations à Guillaume Soro.

L’ancien chef du Parlement, qui reste tout de même député de la circonscription de Ferkessédougou, au nord du pays, entend jouer un rôle dans l’hémicycle.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte