Pétrole & Gaz

Hydrocarbures : Total annonce une découverte « importante » en Afrique du Sud

Le logo de Total sur la tour de La Défense à Paris, jeudi 11 janvier 2016. © Michel Euler/AP/SIPA/2016

Le groupe français Total a annoncé jeudi avoir découvert un gisement important d'hydrocarbures au large de l'Afrique du Sud, une annonce aussitôt saluée par le gouvernement de Pretoria comme un « coup de pouce » potentiel à son économie en difficulté.

Dans une déclaration publiée à Paris, le pétrolier Total a précisé avoir identifié ce gisement de condensats – des hydrocarbures à l’état gazeux et liquide – dans le bassin de l’Outeniqua, à 175 kilomètres au large de la côte sud de l’Afrique du Sud.

« Il s’agit d’un gisement qui pourrait représenter un volume d’environ 1 milliard de barils, du gaz et des condensats », a commenté devant la presse le PDG de Total, Patrick Pouyanné, qui présentait les résultats 2018 de son groupe. »C’est probablement un gros gisement », a-t-il ajouté, « mais dans une région où l’exploitation s’annonce difficile, avec de fortes vagues et une météo pas très facile ».

Ces conditions météo difficiles avaient contraint Total à suspendre une précédente campagne de recherches dans ce même secteur en 2014.

La découverte doit désormais être confirmée par une campagne d’étude sismique puis le forage de quatre puits. 

« Un coup de pouce potentiel important pour notre économie »

Le ministre sud-africain des Ressources minérales Gwede Mantashe s’est immédiatement réjoui de la découverte du groupe français, une première pour le pays. « Cette découverte est particulièrement intéressante pour notre pays », a-t-il réagi dans un communiqué, « c’est un coup de pouce potentiel important pour notre économie ».


>>> À LIRE : Africa Oil Week 2018 : l’industrie pétrolière retrouve des couleurs


L’annonce de Total intervient quelques heures avant le très attendu discours sur l’état de la nation qu’il doit prononcer devant les députés, à trois mois des élections générales.

L’Afrique du Sud traverse depuis la crise financière de 2008 une passe difficile, caractérisée par une faible croissance et un fort taux de chômage (28%). Au pouvoir depuis un an, le président Cyril Ramaphosa a promis de relancer l’économie de son pays, sans résultats tangibles jusque-là, et d’éradiquer la corruption qui a éclaboussé le règne de son prédécesseur Jacob Zuma.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte