Communication & Médias

Côte d’Ivoire – Médias : le journaliste Fausseni Dembélé, proche du RDR, nommé à la tête de la RTI

Enregistrement de l'émission C'Midi, de la RTI, en 2016. © Corentin Fohlen/ Divergence pour JEUNE AFRIQUE

La direction de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI), groupe de l’audiovisuel public contrôlé par l’État, a été confiée au journaliste Fausseni Dembélé, qui prend la succession d’Ahmadou Bakayoko.

C’est une nomination stratégique, tant est important le poids du groupe audiovisuel public dans le paysage médiatique ivoirien. En terme politique, d’abord, même si, en 2018, la présence de l’opposition sur les différentes antennes de la RTI s’est améliorée d’environ 20%.

En terme économique, ensuite. Les recettes de la télévision publique, financée sur fonds public via une redevance de 2 000 F CFA, payée par le contribuable sur les factures d’électricité, les ventes de produits dérivés et la production de contenus, sont passés de 34 millions F CFA en 2013 à plus 955 millions F CFA en 2018.

Et Fausseni Dembélé prend les rênes du groupe alors que se profile le lancement de la la télévision numérique terrestre (TNT), qui inaugure aussi l’arrivée de nouvelles chaînes privées pour concurrencer la RTI.

Journaliste militant et homme du sérail

Fausseni Dembélé a été nommé à la tête de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) en Conseil des ministres, mercredi 6 février. Il prend ses fonctions dès ce jeudi. Homme du sérail, il assurait auparavant les fonctions de directeur de cabinet au ministère de la Culture et de la francophonie.


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : le dossier de la TNT sur le bureau d’Amadou Gon Coulibaly


Fausseni Dembélé est un produit du printemps de la presse écrite ivoirienne des années1990. Il est passé par Le Patriote, journal d’opinion inscrit dans la ligne du Rassemblement des Républicains (RDR, parti d’Alassane Ouattara), avant de rejoindre en 2005, le journal Nord-Sud. Il a ensuite fondé L’Expression, quotidien proche du RDR.

Une RTI transformée

Il remplace Ahmadou Bakayoko, qui retourne dans le privé après son recrutement par le groupe industriel français Eranove. Le polytechnicien avait rejoint la RTI en juin 2013, après avoir travaillé au sein du groupe Canal+.

Sous sa houlette, le groupe de l’audiovisuel public a entamé une profonde refonte, à travers un plan stratégique 2015-2020 qui a permis de rénover l’offre d’information. Le JT, les magazines et les infos régionales ont été repensées et Radio Côte d’Ivoire, première station du pays a de son côté opéré un glissement vers l’information et le sport.

La deuxième chaîne, Fréquence 2, a pour sa part été orientée vers le divertissement et la radio filmée. Quant à la RTI, avec ses trois chaînes de télévision et ses deux chaînes de radio, elle a signé d’importants partenariats avec TV5 Monde et Asia Today.

Sous la direction d’Ahmadou Bakayoko, le groupe a également déployé une stratégie offensive sur le web, et affiche aujourd’hui 3,5 millions de visiteurs par an sur le portail www.rti.ci, 3 millions d’abonnés sur les réseaux sociaux et 110 millions de vues sur YouTube.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte