Sécurité

Mali : un maire du Nord tué par l’armée dans « une malheureuse circonstance »

Des soldats français de Barkhane et des soldats maliens des Fama lors d'une patrouille commune à Ansongo, près de Gao, le 8 février 2018. © DR / MinDef France

Le maire d'Anderamboukane, dans le nord-est du Mali, à la frontière avec le Niger, a été tué lundi par des militaires maliens qui ont ouvert le feu sur un « véhicule suspect » à Ménaka, a annoncé le ministère de la Défense.

Une « malheureuse circonstance », a plaidé l’armée malienne pour expliquer la mort du maire d’Anderamboukane. « Un véhicule suspect en direction du dispositif Fama [Forces armées maliennes] n’a pas obtempéré aux sommations », a affirmé le ministère de la Défense dans un communiqué. « Ainsi, au regard de l’environnement sécuritaire marqué par des attaques kamikazes, les Fama, en toute conséquence, ont ouvert le feu sur ledit véhicule », poursuit le texte.

« Malheureusement, c’est le maire d’Anderamboukane, M. Hamad Ahmed, et trois autres personnes, qui étaient à bord. Le maire fut mortellement atteint et les trois autres blessés », déplore le ministère, annonçant l’ouverture d’une enquête.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte