Société

Tunisie – Fermeture d’une école coranique pour maltraitances : « On ne peut pas dire qu’on ne savait pas »

Capture d'écran de l'émission "Les quatre vérités", diffusée sur la chaîne Elhiwar Ettounsi. © YouTube/Elhiwar Ettounsi

Alors que l’opinion publique s'indigne après la fermeture pour maltraitances et abus sexuels d'une école coranique à Regueb (centre), des responsables du parti islamiste Ennahdha dénoncent une « conspiration ». Explications.

L’exploitation d’enfants et les pratiques peu pédagogiques de l’école El Rihanet, révélées par une enquête de l’émission de télévision « Les quatre vérités », diffusée sur la chaîne Elhiwar Ettounsi, a déclenché la fermeture de l’établissement et la mise en sécurité par les autorités de 42 élèves de 10 à 14 ans qui ont subi pour la plupart des maltraitances et des abus sexuels.

« Depuis la construction de l’école qui s’est faite à la hâte en 2012, on ne sait pas ce qui s’y passe », témoigne un habitant de Regueb, bourg agricole qui avait participé activement au soulèvement de 2011. Installée en rase campagne, El Rihanet fait en réalité office d’internat et accueille des pré-adolescents, mais aussi des adultes de 18 à 35 ans venus de toute la Tunisie et vivant dans une importante promiscuité.


>>> À LIRE – [Tribune] Tunisie : « Ne me parlez pas de révolution »


Dans un isolement total qui favorise l’embrigadement et la dépersonnalisation, on y enseigne le Coran et on fait travailler aux champs les enfants, qui font l’objet de divers abus. À l’extérieur, rien ne filtrait, d’autant que personne ne pouvait accéder aux locaux de l’école, espace privé qui avec le statut d’association échappe à tout contrôle aussi bien fiscal qu’administratif, ainsi qu’à toute intervention des autorités.

Entre les mailles du filet

Cette structure, comme d’autres, a profité du fait que les institutions de l’enfance sont réparties entre plusieurs ministères, sans qu’il y ait de coordination entre départements. Elles échappent à la vigilance de tous et dispensent aussi des formations rapides à des instructeurs qui peuvent intégrer ensuite le secteur public ou privé.

La décision de fermeture demeure d’ordre administratif ; émise par le ministère des Affaires locales, son exécution revient aux municipalités. À ce dernier niveau interviennent copinage et corruption, si bien que souvent les ordres ne sont pas appliqués, comme cela a été le cas par deux fois pour El Rihanet.

On ignore quelle loi a été invoquée pour cette action : est-ce celle de la lutte contre le terrorisme, ou est-ce la loi contre la traite ?

Le démantèlement, mardi 29 janvier, de cette école qui opère comme une secte, a été possible grâce à l’intervention de l’Instance de lutte contre la traite des personnes, qui a agi en tant qu’autorité centrale, avant de passer le relais aux ministères de l’Intérieur et de la Justice. Suspecté de terrorisme, le propriétaire est en détention pour traite et exploitation des personnes, en attendant la clôture de l’instruction.

« La loi de prévention de la traite autorise cette intervention multisectorielle, tandis que le Code de l’enfance ne permet rien de tout cela. Mais on ignore quelle loi a été invoquée pour cette action : est-ce celle de la lutte contre le terrorisme, auquel cas on considère que ces enfants ont été en contact avec un réseau terroriste, ou est-ce la loi contre la traite, dont le mécanisme de protection permet d’agir en toute légalité ? », s’interroge Moez Cherif, président de l’Association tunisienne de défense des droits de l’enfant, qui dénonce la filière des écoles coraniques qui concerne « 12 000 enfants, même dans les milieux urbains les plus huppés ».

Des reponsables d’Ennahdha crient à une « conspiration »

Menaçant d’une nouvelle révolution par le Coran et appuyés par des avocats d’obédience islamiste, les pères des enfants ont protesté devant le ministère de la Justice pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme un abus, réclamant que leurs enfants leur soient rendus, alors que leur responsabilité est engagée pour les avoir placés dans un lieu contrevenant à la loi et dangereux.

Hébergés dans un centre pour l’enfance à Tunis, ils sont actuellement accompagnés de psychologues et entendus par la police. Certains d’entre eux ont été soumis, sans leur consentement, à des tests anaux pour des présomptions de pédophilie. Des méthodes vivement critiquées d’autant que, selon les spécialistes de l’enfance, les abus sur les enfants peuvent aussi être le fait d’enfants à peine plus âgés.


>>> A LIRE – [Analyse] Tunisie : Ennahdha en eaux troubles


Des ténors du parti à référentiel islamique Ennahdha, dont Abdellatif el-Mekki et Abdelhamid Jelassi, sont sortis du bois pour dénoncer « une conspiration contre le mouvement islamiste », actuellement pris dans la tourmente d’autres affaires. Certains évoquent même une stratégie.

L’un des fondateurs d’Ennahdha et actuel vice-président de l’Assemblée, Abdelfattah Mourou, avait pourtant assuré en 2012 au prédicateur égyptien Wajdi Ghanim : « Ce n’est pas les parents qu’il faut cibler, mais leurs enfants ». Le courant rigoriste religieux prône également que « la Tunisie n’est pas une terre de jihad, mais de prédication ».

Inerties du gouvernement et de l’Assemblée

D’un exécutif à l’autre, des décisions concernant l’éducation n’ont pas été prises, notamment pour des raisons politiques et sous la pression d’Ennahdha. Pourtant, depuis près d’un an, un projet de « politique intégrée de la protection de l’enfance », présenté par le ministère de la Femme et de la Famille pour améliorer la coordination entre départements, a été soumis au gouvernement, sans qu’il soit adopté.

La même indifférence prévaut au niveau des différentes commissions de l’Assemblée, alors que la protection des citoyens et l’accès à l’éducation sont des droits constitutionnels. « On ne peut pas dire qu’on ne savait pas. La société civile n’a cessé d’alerter sur le danger de l’embrigadement et la difficulté, voire l’impossibilité, de récupérer les enfants soumis à une vision sociétale aussi impactante », déplore Moez Cherif, évoquant notamment le refus de la mixité par des écoles coraniques.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte