Dossier

Cet article est issu du dossier «Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Voir tout le sommaire
Politique

Algérie : la coalition au pouvoir présente la candidature de Bouteflika au scrutin d’avril

Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, lors du 17e sommet de l'Union africaine en 2011 à Malabo. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Les quatre partis de la coalition au pouvoir en Algérie ont apporté leur soutien officiel samedi à une candidature du président Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat à l'occasion du scrutin d'avril, une démarche qui pourrait précéder une candidature personnelle du chef de l'État.

“Les partis de l’alliance présidentielle présentent Abdelaziz Bouteflika comme candidat à la prochaine élection présidentielle”, affirme un communiqué publié à l’issue d’une réunion des dirigeants des quatre formations politiques.

Ont participé à la réunion le président de l’Assemblée, Mouad Bouchareb du parti présidentiel – le Front de libération nationale (FLN) –, le Premier ministre Ahmed Ouyahia, chef du Rassemblement national démocratique (RND), le président du Rassemblement de l’espoir de l’Algérie (TAJ) Amar Ghoul et le président du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounes.

M. Bouteflika n’a toujours pas fait part de ses intentions, à un mois de la clôture des candidatures. Les candidats ont jusqu’au 3 mars minuit (23H00 GMT) pour déposer leur dossier de candidature.

Mais le Premier ministre a affirmé samedi en conférence de presse qu'”il n’y avait aucun doute” sur une candidature du président au scrutin du 18 avril.

M. Bouteflika, 81 ans, est au pouvoir depuis 1999. Diminué par les séquelles d’un accident vasculaire cérébral (AVC) dont il a été victime en 2013, il se déplace en chaise roulante et ses apparitions publiques sont rares.

Boycott de l’opposition

Pour le Premier ministre, l’état de santé de M. Bouteflika “n’empêche pas sa candidature (…), il a eu un AVC en avril 2013 et il a remporté la présidentielle en avril 2014 dans ce même état de santé”.

“Il est évident que M. Bouteflika n’animera pas sa campagne électorale” car sa santé ne le lui permet pas et il n’en a pas besoin “car le peuple le connaît désormais”, selon M. Ouyahia.

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), un parti de l’opposition représenté au Parlement, a annoncé vendredi qu’il ne participerait pas à la présidentielle, affirmant son refus d’un éventuel nouveau mandat du chef de l’Etat.

Le plus ancien parti d’opposition en Algérie, le Front des forces socialistes (FFS), a déclaré qu’il ne présenterait pas de candidat et appelé les Algériens à “boycotter activement, massivement et pacifiquement” le scrutin.

Le général à la retraite Ali Ghediri, 64 ans, est le premier à s’être déclaré candidat depuis l’annonce officielle de la date du scrutin. Largement inconnu en Algérie jusqu’à ces dernières semaines et sans passé politique, il était responsable des ressources humaines au ministère de la Défense jusqu’à sa retraite en 2015.

Le Mouvement de la Société pour la Paix (MSP), principal parti islamiste, a annoncé la candidature de son chef, Abderrazak Makri, qui ne devrait pas trouver de difficulté à réunir les 600 signatures nécessaires pour officialiser sa candidature.

Lire les autres articles du dossier

«Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte