Santé

Maroc : l’épidémie de grippe fait onze morts

Le ministre marocain de la Santé, Anas Doukkali. © YouTube/Crans Montana Forum

L'épidémie de grippe A a provoqué la mort depuis la semaine dernière de onze personnes au Maroc, a annoncé dimanche le ministère de la Santé.

« Sur un total de 58 cas d’Infection respiratoire aigüe sévère (IRAS), pris en charge dans les hôpitaux publics et cliniques privées et testés positifs au sous-type A (H1N1), 15 patients se sont complètement rétablis, 32 sont toujours sous traitement et 11 autres patients sont décédés », a indiqué dimanche l’institution dirigée par Anas Doukkali. Ces cas se répartissent dans diverses provinces, avec quatre enregistrés à Casablanca, trois à Tanger et un dans les villes de Rabat, Fès, Tan-Tan et Azilal, ajoute la même source.

« La situation épidémique » reste toutefois « normale en comparaison avec les années précédentes », a affirmé le ministre, cité la veille par l’agence de presse officielle MAP.

C’est la première crise sanitaire d’ampleur que doit gérer Anas Doukkali, nommé au gouvernement en janvier 2018. Dans une déclaration à l’agence officielle marocaine MAP, le ministre de la Santé avait reconnu jeudi que cinq décès étaient liés cette année à l’épidémie de grippe qui touche le Maroc, soulignant que les victimes étaient essentiellement des personnes vulnérables.

Anas Doukkali a lancé un appel à la vigilance pour ces profils – personnes âgées, enfants entre 6 mois et 5 ans, femmes enceintes, personnes souffrant de maladies chroniques – diabète, hypertension artérielle, maladies cardiovasculaires et insuffisances rénale et respiratoire – , les appelant à se faire vacciner au plus tôt, et invitant celles et ceux ayant contracté le virus à « consulter, le plus tôt possible, au niveau des cabinets, des centres de santé et des hôpitaux les plus proches ».

80 % de grippes H1N1

Le virus est particulièrement virulent cette année. Le ministre de la Santé a indiqué que sur « 20% des personnes présentant des syndromes grippaux ou des infections respiratoires, 97 % ont la grippe A, parmi lesquels 80 % sont atteints de grippe H1N1. » La grippe H1N1 est « le sous-type dominant cette année, à l’instar de tous les pays du monde, a ajouté Doukkali. Les années précédentes ont également enregistré ces taux élevés. »

Le ministère de la Santé « continue au quotidien de réaliser la veille épidémiologique au niveau des 375 centres de santé pour suivre l’évolution de la grippe », a-t-il rassuré, affirmant que jusqu’au 31 janvier, cette évolution « a été normale par rapport aux années précédentes », alors même que le pic épidémiologique a été atteint la semaine dernière avec un décalage de deux semaines.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte