Elections

Présidentielle au Sénégal : Pape Diop, ancien maire de Dakar, se rallie à Idrissa Seck

L'ancien Premier ministre sénégalais Idrissa Seck à Dakar le 5 février 2012. © Gabriela Barnuevo/AP/SIPA

L'ancien maire de Dakar et ex-président de l'Assemblée nationale va officialiser samedi son ralliement à Idrissa Seck. Un nouveau soutien de poids pour le candidat de la coalition « Idy 2019 » en vue de la présidentielle.

C’est un nouvel allié qui pèsera sans doute dans la balance électorale. Pape Diop, le président de Bokk Guiss Guiss (opposition), a annoncé ce vendredi 1er janvier à Jeune Afrique qu’il soutiendrait Idrissa Seck à la présidentielle du 24 février. « Conformément au souhait de nos militants, nous allons soutenir Idrissa Seck. Il est le candidat libéral le mieux placé pour se hisser au second tour et battre Macky Sall », nous a-t-il confié. Selon lui, ce ralliement au candidat de la coalition « Idy 2019 » sera officialisé demain à l’issue d’une réunion du comité directeur de Bokk Guiss Guiss.

Pape Diop est une grande personnalité de la politique sénégalaise et un soutien de poids

« C’est une très bonne nouvelle, a réagit Thierno Bocoum, ancien député et compagnon de route de longue date d’Idrissa Seck. Pape Diop est une grande personnalité de la politique sénégalaise et un soutien de poids. »


>>> À LIRE – Sénégal : Thiès, bastion électoral d’Idrissa Seck, devient une citadelle assiégée


L’ex-maire de Dakar (2002-2009) et ex-président de l’Assemblée nationale (2002-2007), qui fut également éphémère président du Sénat, figurait parmi les candidats de l’opposition recalés par le Conseil constitutionnel. Il était en contact étroit avec Idrissa Seck au cours des derniers jours.

Les deux hommes, qui ont cheminé ensemble dans les rangs du Parti démocratique sénégalais d’Abdoulaye Wade (PDS) avant de lancer leurs propres formations politiques, se connaissent de longue date.

« Idy » espère le soutien de Khalifa Sall et du PDS

De son côté, Idrissa Seck continue à engranger les soutiens à l’approche de la présidentielle. Avant Pape Diop, le leader de Rewmi et ex-Premier ministre d’Abdoulaye Wade a obtenu le ralliement de Malick Gakou, le président du Grand parti, de Cheikh Hadjibou Soumaré, lui aussi ex-Premier ministre de Wade, ou encore d’Amsatou Sow Sidibé, figure de la société civile, candidate en 2012.

En train de se tailler un boubou de sérieux challenger à Macky Sall, Idrissa Seck espère désormais obtenir le soutien des deux principaux opposants au président sortant, écartés de la course présidentielle en raison de leurs déboires judiciaires : Khalifa Sall et Karim Wade.


>>> À LIRE – [Tribune] Présidentielle au Sénégal : pourquoi #SunuDébat ?


Le candidat de la coalition « Idy 2019 » est ainsi allé rendre visite à l’ancien maire de Dakar à la prison de Rebeuss le 28 janvier. À sa sortie, il a déclaré à la presse qu’il viendrait « le chercher à la prison s’il est élu ».

Il espère tout autant obtenir le ralliement officiel de son ancienne famille politique, le PDS, d’ici le 24 février. Mais pour l’instant, les barons du parti d’Abdoulaye Wade continuent à marteler qu’ils n’ont qu’un seul candidat : son fils, Karim Wade.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte