Industrie

À Djibouti, Eiffage se lance dans le dessalement pour conquérir de nouveaux marchés

Chantier de l’usine de dessalement Eiffage-Tedagua, à Djibouti. © Nelly Fualdes

Pour sa première usine, à Djibouti, le géant français du BTP s’est associé à l’espagnol Tedagua, leader européen dans le domaine. Mais Eiffage a désormais dans le viseur d'autres marchés en Afrique, que le groupe pourrait cette fois rafler en solo. Il est notamment question d'une usine de dessalement à Dakar.

À Doraleh, dans la banlieue nord de Djibouti, quelque 200 ouvriers, employés par la société yéméno-djiboutienne Hawk et la djiboutienne Awad, les principales sous-traitantes, s’activent sur le chantier de la future usine de dessalement. Prévue pour être livrée en septembre 2020, l’usine traitera dans un premier temps 22 500 m3 d’eau par jour mais est conçue pour pouvoir doubler à terme ses capacités, ce qui lui permettrait de répondre à 60 % des besoins de la capitale djiboutienne, qui dépend actuellement à 98 % de l’Éthiopie.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte