Économie

Alger accueillera l’édition 2014 du sommet nord-africain du pétrole et du gaz

Le neuvième sommet nord-africain du pétrole et du gaz se tiendra dans la capitale algérienne du 7 au 9 décembre. Au programme : la sécurité des approvisionnements et les hydrocarbures non-conventionnels.

Par
Mis à jour le 25 août 2014 à 17:35

Alger (photo) prend la suite de Tunis où s’était tenue la 8e édition de ce sommet, en 2013. DR

La prochaine édition du sommet nord-africain du pétrole et du gaz – la neuvième – aura lieu à Alger, du 7 au 9 décembre 2014. Ministres du pétrole et du gaz, patrons de compagnies nationales, au total, ce sont 450 invités qui participeront à cette rencontre internationale. Au menu des discussions : l’enjeu de la sécurité des approvisionnements, la question des hydrocarbures non-conventionnels, le financement de nouveaux projets et les innovations technologiques à venir dans le secteur des industries extractives.

« Depuis neuf ans, le sommet nord-africain du pétrole et du gaz est la plateforme qui stimule la croissance dans la région de l’Afrique du Nord en fournissant du savoir-faire par le biais de prestations d’experts », a déclaré, selon l’agence officielle APS, le cabinet The Energy Exchange, partenaire de Sonatrach qui co-organise l’événement.

Lire aussi :

Algérie : Sonatrach va forer 4 puits d’exploration de gaz de schiste en 2014

Saïd Sahnoune : cette fois, c’est le bon ?

L’Algérie lance un appel d’offres pour l’exploitation des gisements non-conventionnels

Le non-conventionnel en question

L’exploitation des hydrocarbures de schiste fait l’objet de vifs débats depuis plusieurs années. Bien que convoités, leur extraction et leur exploitation requièrent des techniques complexes, dites « non-conventionnelles », qui inquiètent quant au risques environnementaux et d’accidents.

L’Algérie, qui accueille cette édition, est classée au 3e rang mondial, derrière la Chine et l’Argentine, en matière de réserves de gaz de schiste récupérables, selon le département américain de l’information sur l’énergie. Les réserves du pays sont estimées à 707 000 milliards de pieds cubes (environ 19 800 milliards de mètres cubes).