Bourse

Côte d’Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

Chaque jour, plus de 2 millions de personnes transitent par le plateau, poumon économique de la ville d'Abidjan. © WikiCommons

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d'Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.

La commune du Plateau, dans le district d’Abidjan, est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter. Dans une évaluation rendue publique le 26 août, l’agence Bloomfield Investment lui a attribué les notes « BBB- » et « A2 » pour ses émissions obligataires et emprunts de longue et de courte maturité en F CFA, avec des perspectives stables. Pour rappel, Dakar avait été noté « BBB+ » et « A3 » par Bloomfield en octobre 2013. La notation de la ville d’Abidjan, par la même agence, devrait être rendue publique au cours des prochains mois.

Cette notation devrait également rassurer l’État ivoirien quant aux capacités du Plateau à gérer ses finances et ses investissements.

Risque modéré

Les notes de crédit du Plateau indiquent un risque d’investissement modéré. Elles devraient permettre à cette commune de se financer à des taux plus avantageux auprès des banques et sur le marché financier de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa).

Cette notation devrait également « rassurer l’État ivoirien quant aux capacités du Plateau à gérer ses finances et ses investissements », explique un analyste familier du dossier, qui rappelle que « la commune s’est portée volontaire pour cette notation, avant le district d’Abidjan et sans y être contrainte par le gouvernement ».

Lire aussi : 

Abidjan, Dakar, Lomé : qui sera le plus grand ?

Risque crédit : après Dakar, Bloomfield note Abidjan

Stanislas Zézé : « La notation de la Côte d’Ivoire a rassuré les entreprises locales »

Technologie : la Côte d’Ivoire à l’école de l’innovation

Le cabinet d’avocats Orrick s’installe à Abidjan et recrute localement

En effet, bien que les textes sur la décentralisation le permettent, les collectivités territoriales ivoiriennes n’ont que très peu recours au financement privé, et cela en raison des réticences de l’État ivoirien, dont l’autorisation préalable est nécessaire.

Comme l’explique Bloomfield dans un courriel, « le Plateau, comme toutes les autres communes du district d’Abidjan, évolue dans un cadre réglementaire rigide qui, pour éviter de possible dérives financières, surveille, encadre et limite ses possibilités d’emprunt. Toutefois, l’orientation stratégique de la réglementation à venir est en faveur d’une autonomie financière plus importante pour les collectivités locales ».

Vision stratégique

Aussi, la commune peut désormais aborder en toute sérénité la phase suivante de son programme d’investissement (sa « vision stratégique ») qui cherche à renforcer son attractivité et à attirer de nouvelles sources de revenus. En effet, plus de deux millions de personnes transitent chaque jour par cette presqu’île, qui fait la jonction entre les communes d’Adjamé, de Cocody, de Yopougon et de Treichville. Alors même que sa population résidente ne dépasse pas 5 000 habitants.

>>>> Lire aussi : L’Afrique des villes est en marche

Le Plateau, qui abrite les principales institutions politiques de la Côte d’Ivoire (Présidence, Assemblée nationale, Conseil constitutionnel), de même que les sièges des principales banques du pays, entend bien exploiter ce potentiel. La collectivité territoriale, qui dispose d’un fonds de réserve estimé à 3,5 milliards de F CFA, entend lever de nouvelles ressources pour la construction d’infrastructures (centres commerciaux, nouvel hôtel de ville, parcmètres) et pour financer la mise en oeuvre de nouveaux services publics, au cours des prochaines années. Une tâche qu’elle espère accomplir plus aisément grâce à la notation qu’elle vient de recevoir.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte