Économie

Gabon : Port-Gentil retrouve la pêche

Mis à jour le 28 août 2014 à 17:23

Dans le cadre de la diversification de l’économie, le gouvernement a décidé en 2012 de reprendre en main le secteur de la pêche hauturière. Objectif ? Développer une véritable filière de transformation, dont le pôle principal sera basé à Port-Gentil. Décryptage.

Plus question que les 14 000 tonnes de thon pêchées chaque année dans les 213 000 km² de la Zone économique exclusive (ZEE) du Gabon échappent au pays et soient transformées ailleurs. Dans le cadre de la diversification de l’économie, le gouvernement a décidé en 2012 de reprendre en main le secteur de la pêche hauturière. Objectif ? Développer une véritable filière de transformation, dont le pôle principal sera basé à Port-Gentil.

Via le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), début 2013, le gouvernement a signé un accord avec le conglomérat mauricien Ireland Blyth Limited (IBL), qui, depuis quinze ans, a développé une plateforme de produits de la mer ultraperformante à Port-Louis. Ce partenariat s’est concrétisé par la création de Tropical Holding (15 millions d’euros de capital, 60 % pour IBL et 40 % pour le FGIS) et par la remise en état d’une partie de l’usine de Gabon Seafood, à Libreville.

Lire aussi :

Le Gabon signe un accord avec le mauricien IBL

Gabon : des millions sous la mer

Gabon: face aux éléphants, le ballet amoureux des baleines

Filière halieutique complète

L’unité ne traite encore par jour que quelques centaines de kilos de poissons pêchés localement, « mais sa capacité doit vite augmenter pour approvisionner, dans un premier temps, le marché gabonais », souligne Jean-Luc Wilain, directeur des opérations chez IBL.

Outre les futures extensions de l’usine (dont une conserverie), le projet porte sur la création d’une filière halieutique complète, de la pêche à la commercialisation des produits valorisés, localement et à l’export, en passant par le développement d’un chantier naval pour servir la flottille de pêche. Initialement estimé à 25 millions d’euros, l’investissement pourrait à terme atteindre les 100 millions.