Diplomatie

RDC : avant de quitter le pouvoir, Kabila a « élevé » 26 personnalités au rang d’ambassadeur

Joseph Kabila, lors de l'investiture deFélix Tshisekedi, le 24 janvier 2019. © Jerome Delay/AP/SIPA

Peu avant de quitter ses fonctions, l’ancien président Joseph Kabila a élevé vingt-six personnes au rang d’ambassadeur. Par ce geste, qui n’ouvre pas nécessairement droit à rémunération, il a voulu « remercier » certains de ses soutiens.

La décision prise est datée du 27 décembre 2018, soit trois jours avant l’élection présidentielle. Peu avant de quitter ses fonctions, Joseph Kabila a « élevé » par ordonnance vingt-six personnes « à la dignité d’ambassadeur » (voir l’ordonnance intégrale à la fin de cet article).

Parmi ces nouveaux ambassadeurs, on trouve différents profils. Il y a d’abord des diplomates de carrière, tels que Mika Sakombi (fils de feu Dominique Sakombi Inongo, l’ancien ministre de l’Information de Mobutu, conseiller du vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères Léonard She Okitundu), son directeur de cabinet Léonard Ngoy Lulu, le chargé d’affaire à Bruxelles Paul Kakhozi ou encore son homologue de Kampala Jean-Pierre Massala.

Des proches et des soutiens

Il y a ensuite des personnalités, souvent proches du chef de l’État, qui, sans être nécessairement diplomates de carrière, ont joué un rôle de premier plan dans les relations internationales de la RDC sous Kabila. C’est le cas d’Isabelle Tshombe, sa représentante personnelle auprès de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), de Jean-Claude Mokeni, président de la Commission des relations extérieures du Sénat, de Francine Muyumba, présidente de l’Union panafricaine de la jeunesse, ou encore de Tosi Mpanu Mpanu, négociateur de la RDC sur les questions climatiques et candidat député pour la majorité sortante lors des législatives.

Viennent ensuite d’anciens membres du cabinet présidentiel tels Jean-Pierre Kabila (directeur de cabinet adjoint), Marcelin Cishambo (conseiller) ou encore Martin Tchamlesso (intendant).

Enfin, viennent des personnalités connues qui, pour certaines, ont soutenu la coalition de Joseph Kabila ces derniers mois. C’est le cas de l’historien Elikya M’Bokolo ou encore de Roland Lumumba, fils du héros de l’indépendance Patrice Emery Lumumba, élevé au côté de sa sœur Juliana. Leur frère François, opposant notoire à Joseph Kabila, ne figure en revanche pas parmi les nouveaux ambassadeurs.

Ambassadeurs en réserve

Cette distinction honorifique et à vie, n’entraîne toutefois pas automatiquement de rémunération. Elle fait en revanche entrer ses bénéficiaires dans le vivier des ambassadeurs en réserve, à qui peuvent être confiées des missions rémunérées.

Ce vivier s’est d’ailleurs singulièrement élargi : selon une source à la vice-Primature en charge des Affaires étrangères, il y aurait désormais une centaine d’ambassadeurs congolais, pour quelques 64 postes. Par la seule ordonnance du 27 décembre, leur nombre aurait donc cru de près d’un tiers.

Selon cette source, si certaines de ces élévations étaient prévues – concernant des diplomates de carrière – il s’agit pour d’autres de « remerciements » du chef de l’Etat. Les ambassadeurs disposent en effet de certains avantages, tels que la délivrance d’un passeport diplomatique, lequel confère notamment une immunité diplomatique à l’étranger.

DR

DR

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte