Transport maritime

Maroc : Tanger Med en plein boom

Port de Tanger Med. © Tanger Med

2018 est ce qu’on peut appeler une année pleine pour Tanger Med et ses équipes, alors que l’ouverture du port Tanger Med 2 ajoutera en 2019 de nouvelles capacités pour le traitement des conteneurs.

Avec un volume global traité équivalent à 317 milliards de dirhams (28,9 milliards d’euros) en 2018, le port Tanger Med a dépassé celui de Durban, en Afrique du Sud, pour devenir la première plateforme africaine.

Plus de 139 milliards de dirhams de marchandises exportées sont passées par Tanger Med, ce qui représente plus de 50 % de l’ensemble des exportations marocaines. Pour les dirigeants de la plateforme, Tanger Med serait ainsi le « premier port d’export au service de la compétitivité de l’économie marocaine ».


>>> À LIRE : Reportage : un modèle nommé « Tanger Med »


En tonnage manutentionné, le volume traité l’année dernière a dépassé 52,2 millions de tonnes, soit 2 % de hausse par rapport à l’année 2017. Sur les deux terminaux du port, plus de 3,4 millions d’équivalent vingt pieds (EVP) ont été traités, soit une évolution de 5 % par rapport à l’année 2017. En comparaison avec ses débuts, en 2007, le port Tanger Med a réalisé une progression de 15,7 %. Cette hausse se justifie, selon les dirigeants du port, par la performance et à la productivité des terminaux à conteneurs, de la capitainerie et du pilotage pour la gestion des opérations portuaires.

L’activité véhicules en hausse

Concernant les passagers, le trafic demeure stable en comparaison avec 2017, avec plus de 2,8 millions de personnes. Le trafic TIR (Transport international routier) a quant à lui connu une croissance de 14 %, par rapport à l’exercice précèdent, en atteignant un trafic total de 326 773 unités TIR. Cette hausse s’explique principalement par les exports des produits industriels et agroalimentaires.

L’activité véhicules a elle aussi poursuivi son rythme haussier. En 2018, 479 321 voitures ont transité par Tanger Med, soit 11 % de mieux que ce qui a été enregistré l’année d’avant. Sur le terminal dédié à Renault, le constructeur a exporté 383 715 véhicules, dont 91 % proviennent de l’usine de Tanger. Les dirigeants de Tanger Med attendaient, d’ailleurs, avec impatience 2019, qui marquera le démarrage des exports de véhicules Peugeot, fabriqués à l’usine de Kénitra,

Le trafic du vrac solide en 2018 a, quant à lui, connu soit une baisse de 18 % par rapport à l’année d’avant, qui s’explique principalement par la baisse des importations de céréales. Le vrac liquide a connu une tendance similaire en reculant de 21 % par rapport à l’année 2017, avec un total de moins de 6 millions de tonnes d’hydrocarbures traités.

La digitalisation, le nerf de la guerre

Plus de 13 000 navires et bateaux ont accosté au port Tanger Med en 2018, en provenance de 186 ports et 77 pays. Djibouti, le Guatemala, l’Irlande, Bahreïn et Madagascar sont les pays avec lesquels le port marocain a assuré une première connexion maritime directe l’année dernière. Le port a surtout permis au Maroc d’asseoir sa politique de proximité avec les pays africains et multipliant les échanges avec la Mauritanie, le Sénégal, la Côte d’ivoire ou encore le Ghana.

Occupant une situation géographique extrêmement stratégique, le Port Tanger Med a su s’imposer au fil des années comme une porte d’entrée pour le royaume chérifien. Ses dirigeants se félicitent d’avoir pensé à la digitalisation et à la mise en place d’une infrastructure IT, devenue le nerf de la guerre de l’activité, qui permet un gain de temps important. Selon les opérateurs avec qui nous avons pu parler, le port de Tanger séduit  par sa fluidité.

Un deuxième site à 26 milliards de dirhams

2019 sera l’année de l’entrée en service des premiers équipements du port Tanger Med II, qui a mobilisé 26 milliards de dirhams d’investissement, sera en outre opérationnel cette année. Une partie de l’investissement global, 8,5 milliards de dirhams, a été injectée par le géant APM Terminals pour la construction du plus grand terminal, le TC 4, dont il aura la gestion. L’opérateur marocain Marsa Maroc a également obtenu la gestion d’un terminal, dont l’entrée en service est prévue pour 2020.

La capacité totale de ce deuxième site sera de 5,2 millions d’EVP et 12 portiques sont installés pour la gestion des flux.

Tanger Med verra aussi en 2019, la construction de silos de stockage pour les hydrocarbures comme l’a imposé le ministère de l’Énergie aux différents exportateurs et distributeurs. Pour le moment, les projets sont en phase d’études, mais selon les opérateurs, les plus importants d’entre eux devraient être installés à Tanger Med et à Jorf Lasfar.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte