Économie

Ecobank : « Bonnes perspectives en 2014 » :

Hermann Boua, directeur de la recherche chez Hudson & Cie, examine les résultats du premier semestre annoncés par le groupe bancaire panafricain Ecobank pour « Jeune Afrique ».

Par
Mis à jour le 27 août 2014 à 11:20

Hermann Boua, directeur de la recherche chez Hudson & Cie. DR

Les résultats du premier semestre annoncés par le groupe bancaire panafricain confirment les bonnes perspectives pour 2014. Le produit net bancaire a progressé de 14 % et le résultat net de 15 % par rapport aux six premiers mois de 2013. Mais ces bons chiffres n’ont pas encore eu d’effet à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) d’Abidjan. Le cours de l’action est resté stable, autour de 50 F CFA (7,6 centimes d’euro).

JA2798p101 infoAprès la forte baisse des performances de l’an dernier, en raison d’un assainissement de l’actif (une importante provision concernant le Nigeria), les investisseurs ne réagiront qu’en début d’année prochaine, quand les résultats annuels définitifs seront publiés.

Manque de visibilité

La stagnation du titre est aussi liée au manque de visibilité sur la dilution de l’actionnariat actuel : NedBank a décidé de convertir sa créance de 285 millions de dollars (215 millions d’euros) en actions, ce qui correspond à 12,6 % du capital. Le dénouement de cette opération pourrait aussi relancer l’intérêt des investisseurs pour le titre.

En effet, Ecobank devrait afficher dans les années à venir une croissance à deux chiffres pour les prêts, les dépôts, mais aussi pour le produit net bancaire et le résultat net. Avec un ratio prix sur actif net de 0,86, le titre se négocie bien au-dessous de la moyenne du secteur, qui est de 1,88. »