Mines

Tiger Resources va racheter les parts de la Gécamines dans la mine de cuivre de Kipoi

| Par Jeune Afrique
C’est dans la célèbre "copper belt", en RD Congo, que se situe le projet de Kipoi.

C'est dans la célèbre "copper belt", en RD Congo, que se situe le projet de Kipoi. © KML

Le groupe minier australien Tiger Resources Limited devrait mobiliser 110 millions de dollars pour finaliser le rachat des parts (40 %) de la Gécamines dans le projet de Kipoi, en RD Congo.

Le quotidien The Australian a révélé, mardi 26 août, que le groupe minier Tiger Resources Limited va mobiliser 110 millions de dollars pour s’assurer un contrôle à 100 % de la Société d’exploitation de Kipoi, propriétaire et opérateur de la mine de cuivre de Kipoi, dans la province du Katanga, en RD Congo. Le groupe australien, déjà propriétaire à 60 % de cette société de droit congolais, devrait acquérir les 40 % appartenant à la Gécamines, opérateur dont le capital est entièrement détenu par l’État congolais.

Lire aussi :

La RD Congo, premier producteur de cobalt au monde

Katanga : majors et juniors s’activent

Dossier Katanga : du bon usage des mines

RD Congo : pourquoi Ahmed Kalej Nkand a été renvoyé de la Gécamines

En juin dernier, le groupe avait déjà levé 20 millions de dollars en capitaux propres pour financer le développement de la mine de Kipoi.

Simplification

Tiger Resources, qui opère cette mine depuis 2011, avait déjà, par le passé, financé la part des investissements et des engagements de la Gécamines dans ce projet. Cette nouvelle opération vient donc clarifier une situation de fait et simplifier la structure de propriété de la société d’exploitation de cette mine, révèle le quotidien australien.

Il faut toutefois noter que malgré le rachat des parts de la Gécamines – qui traverse en ce moment une crise de gouvernance suite au limogeage surprise de son directeur général, Ahmed Kalej Nkand – la RD Congo continuera de toucher une redevance sur la production de la mine.

Production

Le site minier de Kipoi, qui couvre 5 gisements, dispose de réserves estimées à 848 000 tonnes de cuivre, selon les informations publiées par Tiger Resources. Le groupe australien, qui a démarré la production commerciale du site en mai 2014 [PDF], vise une production 14 000 tonnes de cuivre cette année et de 25 000 tonnes en 2015. En 2016, les capacités de production du site devraient atteindre 50 000 tonnes par an. 

En 2013, le chiffre d’affaires du groupe Tiger Resources, qui dispose également en RD Congo d’une licence d’exploration sur le site de Lupoto à 10 kilomètres au sud de la mine de Kipoi, s’élevait à 193 millions de dollars.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer